RMC Sport

La F1 fait sa révolution

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Alors que s’ouvre ce week-end à Melbourne la nouvelle saison de F1, de nombreux changements réglementaires sont intervenus au cours de l’hiver. Tour d’horizon de toutes ces (r)évolutions qui devraient bouleverser la hiérarchie.

De nouveaux moteurs

Les écuries voulaient un moteur plus propre et plus économique, soit moins d’essence pour la même puissance. Si certains se satisfont de cette innovation écologique, ce moteur pourrait s’avérer être le pire cauchemar des écuries qui ont beaucoup de mal à dompter leur nouvelle bête. Aujourd’hui, seule Mercedes semble être prête. Red Bull, le quadruple champion du monde des constructeurs, est lui, bien en retard et son pilote Sebastian Vettel s’inquiète. Mais les premiers circuits pourraient créer la surprise. « On va peut-être voir un outsider ou une équipe beaucoup plus petite remporter un Grand Prix même si les grosses écuries vont revenir petit à petit » confie Alain Prost, quadruple champion du monde de Formule 1 (1985, 1986, 1989, 1993). Olivier Panis, dernier vainqueur français d’un GP de F1 (Monaco en 1996) considère lui aussi qu’il faudra du temps. « La qualification de Melbourne donnera un aperçu mais je ne pense pas que ce sera une vérité. On ne pourra pas déduire grand-chose avant 3 ou 4 Grands Prix » a confié l’ancien pilote à RMC. Reste à savoir qui trouvera la solution au plus vite.

Le doublement des points

Les audiences de la Formule 1 baissent de saison en saison. Pour tenter de stopper l’hémorragie et maintenir le suspense jusqu’au bout, une nouvelle règle a donc été élaborée. Lors du GP d’Abu Dhabi, dernier opus de la saison, les points compteront double. Une décision qui a du mal à passer chez les pilotes qui jugent cette nouvelle mesure anti-sportive. Toutefois, Romain Grosjean pourrait s’accommoder de cette règle. « Si je suis deuxième au dernier Grand Prix, que je marque 50 points et que je deviens champion du monde grâce à ça, je dirai que c’est génial, avoue le Français. Si je suis dans le cas de figure inverse, je dirai que c’est nul. »

Le permis à points

Vingt-deux ans après la mise en vigueur du premier permis à points en France, la Formule 1 décide de passer à un système semblable. Ainsi, les pilotes devront faire attention à leur comportement sous peine d’être sanctionné. Sur 1 an, les adversaires de Sebastian Vettel ne devront pas épuiser leur quota de 12 points sans quoi ils seront suspendus pour une course. Romain Grosjean devra notamment se montrer moins fougueux (même s’il a fait des progrès en la matière), d’autant qu’il a toujours le titre mondial dans un coin de sa tête.

De nouveaux Grands Prix

Exit les Grands Prix d’Inde et de Corée, l’est de l’Europe reprend le pouvoir. Les pilotes inaugureront cette saison les Grands Prix d’Autriche et de Russie. Après l’arrivée du pilote russe Daniil Kvyat chez Toro Rosso et de nombreux investissements consentis, le pays de Vladimir Poutine met les petits plats dans les grands. Le tracé de son Grand Prix se situera au beau milieu des actuelles installations olympiques de Sotchi. Quant à sa difficulté, elle serait élevée, selon Sebastian Vettel. De quoi ravir et contenter Poutine, grand fan de Formule 1 et de sport en général.

A lire aussi :

>> Red Bull, l’année de la chute ?

>> Comment Grosjean s’est mis la tête à l’endroit

>> Schumacher, enquête classée

La rédaction