RMC Sport

La FIA s’attaque à la domination Red Bull

La FIA s'attaque ouvertement à la domination outrageuse des Red Bull en championnat

La FIA s'attaque ouvertement à la domination outrageuse des Red Bull en championnat - -

Dans le but de relancer l’intérêt d’un championnat outrageusement dominé par Sebastian Vettel, l’instance dirigeante s’est attaquée à l’aérodynamique des monoplaces. Une mesure qui devrait toucher en priorité les Red Bull. Confirmation dès ce week-end à Valence à l’occasion du Grand Prix d’Europe.

Le paddock n’y est pas arrivé, la FIA va l’aider. Pour enrayer la domination écrasante de Red Bull cette saison, Jean Todt a décidé de modifier la réglementation sur les diffuseurs soufflés, développement porté à l’arrière des monoplaces pour favoriser l’équilibre notamment dans les virages. Le soufflage utilise la pression des gaz d’échappement qui sont envoyés dans un diffuser incurvé vers le sol permettant d’apporter plus d’appui aux voitures engagées dans une courbe.

Le constructeur autrichien a réalisé de gros efforts aérodynamiques cette saison sur les monoplaces de Sebastian Vettel et Mark Webber. Les autres écuries ont emboité le pas, mais avec cinq victoires et deux 2e place en sept courses, six pole position, et 60 points d’avance sur Jenson Button (McLaren), les statistiques ultra-favorables aux Taureaux rouges ont décidé la FIA à bouleverser le règlement. La Fédération internationale a bien essayé d’interdire purement et simplement les diffuseurs soufflés, mais le lobbying de certaines écuries, dont Red Bull et Lotus Renault GP a débouché sur une solution médiane.

Une redistribution des cartes ?

Le délégué technique de la FIA, Charlie Whiting, a envoyé une note aux équipes précisant qu’elles ne seront plus autorisées dès Valence à utiliser une cartographie moteur différente pour les qualifications et la course. Directement visé : Red Bull impérial samedi sur des séances courtes à l’aide des fameux diffuseurs. « Des innovations comme le double diffuseur et le F-Duct ont toutes été bannies en fin de saison. Là, il s’agit d’une interdiction pendant le championnat. C’est assez étrange », a commenté Helmut Marko, consultant Red Bull à la chaîne autrichienne Servus TV.

Il ne faut certainement pas s’attendre à un chamboulement en tête du Championnat du monde, mais plutôt à un resserrement des positions. En attendant, les équipes se préparent à tous les scenarii pour la seconde partie de saison. « On attend Silverstone (10 juillet) pour savoir l’impact réel de ce changement, déclare Stefano Domenicalli, patron Ferrari. Nous verrons s’il y a un deuxième championnat en termes de performance, en particulier sur les circuits qui demandent beaucoup d’appui aérodynamique. » Eric Boullier, Team manager de LRGP, est lui resté évasif. « Ça va impacter tout le monde de manière importante, pour nous ça dépendra de la façon dont on va tirer notre épingle du jeu. On verra. »