RMC Sport

Les frères Pic : « On ne s’engueule jamais »

Charles Pic

Charles Pic - -

Si Charles Pic (22 ans) vit sa première expérience en F1 chez Marussia, son petit frère Arthur (20 ans) pourrait le rejoindre dans les deux prochaines années. Très complices, les deux frangins partagent tout, même leur logement.

Arthur, vous pilotez en Formule Renault 3.5 cette saison. Quand allez-vous retrouver Charles sur une piste du championnat du monde de F1 ?

Arthur : Je ne me suis pas fixé d’objectif. J’espère être en GP2 (l’antichambre de la F1, ndlr) la saison prochaine. Il faut avoir les opportunités au bon moment. Je pense que je peux y être d’ici deux ou trois ans.

Charles : Il a les qualités pour y arriver et il travaille dur. Mais il doit déjà se concentrer sur sa saison et faire de bons résultats. Il faut monter petit à petit dans les catégories supérieures et saisir chaque opportunité.

Charles, avez-vous conscience d’être un modèle pour votre frère ?

Charles : Je ne pense pas qu’il fasse ça parce que je l’ai fait avant lui. Ça me fait plaisir que ça marche pour lui mais je ne crois pas être un modèle. Il ne doit ses résultats qu’à son travail et son implication. Je ne le corrige pas, même si je lui donne parfois mon avis sur ses courses.

Arthur : Pour la coupe de cheveux, ç’en est un (rire). Je ne dirais pas que c’est un modèle mais je l’ai toujours suivi. Je vais voir beaucoup de ses courses donc ça m’aide aussi. Pour le moment, je prends le même chemin que lui donc ça me permet d’avoir toujours un avant-goût de ce qui m’attend. Je m’inspire pas mal de lui. J’essaye d’éviter de refaire ses erreurs.

Comment a réagi votre famille quand elle a su que vous vouliez tous les deux faire du sport automobile ?

Arthur : Je pense qu’ils étaient un peu plus réticents quand nous étions en karting parce que c’est une discipline où on est moins protégé. Maintenant, je pense que cette peur est un peu partie dans la famille et ils nous encouragent dans cette voie.

Dans la vie, vous êtes également très proches puisque vous habitez ensemble à Montélimar…

Charles : C’est sûr que ça aide. On est tout le temps ensemble depuis qu’on est enfant, on a toujours tout partagé. On ne s’engueule jamais et je pense que ça vient de nos caractères qui sont très complémentaires.

Arthur : C’est vrai que je ne me souviens même pas de la dernière fois qu’on s’est engueulé ! Je sais ce que je dois faire pour ne pas l’énerver ! On a une différence d’âge assez proche, on s’est toujours suivi de près à l’école et on était dans le même groupe d’amis. Et puis nous avons toujours eu la même passion pour le sport automobile, ce qui nous a un peu plus rapproché.

A seulement 22 et 20 ans, vos carrières et votre évolution sont impressionnantes…

Arthur : Ça vient aussi de tous les sacrifices qu’on a faits pour réussir. Et puis c’est certain qu’il faut aussi être bien entouré. Après, si j’arrive en F1, ce ne sera pas une finalité, il faudra toujours être meilleur pour garder sa place.

Charles : Pour moi, ça n’a pas toujours marché à la perfection. Il faut de toute façon beaucoup travailler, s’impliquer un maximum et avoir une juste vision de ses performances. Ce n’est pas toujours évident de regarder ses points faibles mais c’est important d’avoir un regard objectif. Il faut se remettre en question en permanence.