RMC Sport

Les Red Bull doivent-elles trembler ?

-

- - -

Moins performantes ces dernières semaines, les Red Bull passent un test important ce week-end à l’occasion du Grand Prix de Hongrie. Avant une coupure d’un mois, Vettel et Webber doivent remettre les pendules à l’heure. Ou laisser le doute s’installer…

Ce vendredi, Lewis Hamilton a signé le meilleur des temps des essais libres sur le circuit du Hungaroring de Budapest. Le pilote McLaren a été plus rapide que Fernando Alonso et Jenson Button. Mais où étaient les Red Bull ? En Hongrie, Mark Webber et Sebastian Vettel ont réalisé respectivement les 4e et 5e temps. Inquiétant ? Il y a une semaine en Allemagne, les deux monoplaces de l’écurie autrichienne ont aussi montré des signes de faiblesse. Troisième et quatrième, l’Australien et l’Allemand ont déçu. Et leur écurie ne gagne plus. Red Bull n’a en effet remporté qu’une seule des quatre dernières courses. Sur les deux derniers GP, Ferrari est la team la plus performante (63 points contre 60). Une vraie source d’inquiétude, d’autant plus que la Ferrari semble de plus à l’aise sur tous les types de circuit depuis le Grand Prix de Monaco.

Massa : « Un nouveau combat en Hongrie »

Alors que la concurrence montre à nouveau les crocs, Red Bull peut-il tout perdre après avoir tout gagné ? « On a analysé ce qui s’est passé à Nürburgring mais on doit désormais se concentrer sur le GP de Hongrie, avance Vettel. On n’a pas de temps à perdre. On a fini 3e et 4e. Ce n’est pas un désastre mais cela ne nous convient pas. Il faut l’accepter. On veut faire mieux en Hongrie mais on s’attend à ce que les Ferrari et les McLaren soient très rapides. »
Si Red Bull compte toujours 112 points d’avance sur McLaren au classement des constructeurs, son leader semble moins souverain qu’en début de saison. Hamilton, Alonso, Button et Massa (dans l’ordre du classement des pilotes) refusent pourtant de s’enflammer. « Chaque course est différente », remarque Hamilton. « Même si les Red Bull n’ont pas gagné, elles sont toujours redoutables, note Massa. En Hongrie, on va assister à un nouveau combat. » Alors qu’on se demande à nouveau si Sebastian Vettel est bien imperméable à la pression, l’Allemand bombe toujours le torse : « On aura une tendance dans trois, quatre ou cinq courses, souffle le champion du monde en titre. Là, alors, on pourra vraiment voir si les Ferrari ont progressé et sont vraiment plus rapides. »