RMC Sport

Lotus double Renault

Lotus Renault GP

Lotus Renault GP - -

Il n’y aura plus de Renault au départ des Grands Prix de F1 l’an prochain. Le constructeur français a officialisé mercredi la vente de ses dernières parts dans l’écurie qui portera désormais le nom prestigieux de Lotus. La firme tricolore reste néanmoins motoriste.

Pour Carlos Ghosn, la F1 n’était plus une obsession. Depuis son arrivée à la tête de Renault, l’affaire du crashgate et trois saisons décevantes l’avaient conduit à désengager son entreprise de la plus prestigieuse compétition du sport automobile.
Une volonté qui s’était d’abord manifestée l’hiver dernier par la vente d’une partie de Renault F1 à Genii Capital. Elle avait permis à la marque au losange de rester en F1 en 2010. Mais s’il a été convaincant sur le plan sportif, grâce à Robert Kubica et au nouveau directeur Eric Boullier, cet exercice n’a pas modifié les intentions de Renault.
Le constructeur français et Genii Capital ont officialisé mardi la vente de ses dernières parts dans l’écurie Renault F1 Team. Gérard Lopez, le patron de la société luxembourgeoise, a donc pu conclure un nouveau partenariat avec une autre marque phare de la F1, Lotus (propriété du groupe malaysien Proton), qui a signé un contrat de sponsoring jusqu’en 2017.
« C’est une excellente nouvelle, nous a confié Eric Boullier. Cette visibilité sur plusieurs années nous permet de déclencher des investissements techniques, humains ou matériels qui rendront l’écurie de plus en plus performante et la positionneront, conformément à notre cahier des charges, comme un top team dès que possible. »

Boullier : « C’est une excellente nouvelle »

Lotus avait fait son retour cette saison en prêtant son nom à l’une des trois nouvelles écuries. Cette fois, son implication sera plus forte. En attendant de régler devant les tribunaux le conflit concernant l’utilisation de la marque avec la petite équipe dirigée par Tony Fernandes, Lotus devient co-actionnaire avec Genii Capital de Lotus Renault GP, anciennement Renault F1 Team.
Les ingénieurs de Viry-Châtillon ne seront pas pour autant au chômage technique. Renault continuera de fournir ses V8 à la nouvelle écurie ainsi qu’à Red Bull et à l’autre Team Lotus. Un rôle qui lui avait permis de participer grandement aux titres mondiaux décrochés par l’écurie autrichienne cette saison.

Laurent Picat ( avec A.A.)