RMC Sport

Lotus en zone de turbulences

Kimi Raïkkönen

Kimi Raïkkönen - -

Alors que Grosjean enchaine les bonnes performances et que sa voiture semble la seule capable de concurrencer les Red Bull, Lotus traverse des heures difficiles en coulisses. Boycott de Raïkkönen, problèmes d’argent : les tensions sont multiples.

Il y a la piste, les flashs et les podiums. Cette impression que le soleil brille au-dessus du garage Lotus, la seule écurie à pouvoir vraiment rivaliser avec Red Bull cette saison. Mais derrière les sourires et les embrassades, il y a les coulisses, beaucoup moins reluisantes. Ces dernières semaines, la formation britannique vit des heures particulièrement agitées. A l’image du cas Kimi Raïkkönen. Le Finlandais a très mal vécu l’échange radio avec Alan Permane, dimanche dernier lors du Grand Prix d’Inde. Le directeur des relations piste a hurlé sur son pilote pour lui demander de s’écarter au profit de son coéquipier Romain Grosjean. Après une vive explication dans les couloirs de l’hospitalité (le lieu de vie de l’écurie) en Inde, Eric Boullier, le directeur de Lotus, devait rencontrer ses pilotes et son ingénieur ce jeudi pour mettre les choses à plat.

Mais la réunion n’a finalement pas eu lieu puisque Raïkkönen a décidé de la boycotter pour s’accorder quelques heures de repos supplémentaires. Il était attendu en fin de journée par ses dirigeants. Si plusieurs versions ont circulé dans le paddock, il s’agit bien d’un boycott de la part du Finlandais. Le pilote de 34 ans a même menacé, mercredi soir, de ne pas venir du tout ce week-end. Un coup de pression, consécutif à ce fameux échange radio mais également au fait qu’il n’a toujours pas touché l’intégralité de son salaire…

Grosjean toujours pas prolongé

Voilà plusieurs mois que les questions financières troublent en effet le quotidien de Lotus. Depuis l’été dernier, l’écurie attend – de moins en moins patiemment - le versement de « Quantum Motorsports », le fonds d’investissement qui doit racheter 35% des parts de l’équipe pour plus de 100 millions d’euros. Le deal est emmené par l’homme d’affaire américain Mansoor Ijaz, qui est présent sur quasiment toutes les courses et qui promet, preuves à l’appui, les fameux versements. Une réunion a encore eu lieu ce jeudi matin à Dubaï entre la direction de Lotus et l’homme d’affaires.

Ces problèmes d’argent ont des répercussions directes sur le futur sportif de l’équipe. Sur le développement de la voiture, mais aussi sur l’avenir des pilotes. Malgré une superbe saison, Romain Grosjean n’a toujours pas été prolongé. Le Français ne connait d’ailleurs pas encore le nom de son futur coéquipier. L’option pour l’année 2014 présente dans son contrat devait être levée cette semaine. Ce ne sera pas le cas. Lotus ne peut annoncer aucune dépense tant qu’elle n’a pas récupéré d’argent. Ses problèmes de trésorerie pourraient d’ailleurs la pousser à recruter le Vénézuélien Pastor Moldonado pour remplacer Raïkkönen.

Maldonado avec un généreux sponsor ?

Un choix plus économique que sportif puisque l’actuel pilote Williams est accompagné d’un généreux sponsor : le pétrolier PDVSA. En attendant de sortir du brouillard, Grosjean prend, lui, son mal en patience. Et se concentre sur la compétition, qui continue ce week-end à Abu Dhabi. « L’ambiance est plutôt bonne, assure-t-il. Je me sens bien avec mon groupe. On est fort ensemble. Techniquement, on sait qu’on a une très bonne voiture. On veut continuer sur notre lancée. Le reste, lorsqu’on est en week-end de course, compte finalement très peu. » Lorsqu’on est en week-end de course…

A lire aussi :

>> Grosjean sur son nuage

>> Grosjean : « Je n’aurais pas parié une cacahuète… »

>> Toute l'actu de la F1

Alexandre Jaquin avec Antoine Arlot et à Abu Dhabi