RMC Sport

Qui pour succéder à Mosley ?

-

- - -

Même s’il laisse planer le doute sur le fait qu’il puisse une nouvelle fois se présenter, Max Mosley, 69 ans, devrait laisser son fauteuil de président de la FIA en octobre prochain.

Todt : il a l’aval de Mosley
Le nom de Jean Todt, ex-directeur d’équipe chez Ferrari, revient avec insistance. On parle de lui à ce poste depuis déjà longtemps. Sa gestion globale et sa vision du sport en font un candidat très sérieux, mais la possible candidature du Français comporte un inconvénient de taille : les teams aimeraient un candidat plus neutre, dégagé de tout lien avec une écurie. Cependant, les équipes ne sont pas décisionnaires au moment-clé du vote, ce qui laisse à Todt une certaine marge de manœuvre. D’autant plus que Max Mosley, en dépit de ses litiges personnels récents avec la Scuderia, lui serait plutôt favorable.

Vatanen : comme Platini
Si Jean Todt paie le prix de sa proximité avec Ferrari, un candidat pourrait bien sortir du chapeau : le populaire Ari Vatanen, ex rallyman et ancien député européen. Le nom de l’ex pilote finlandais n’est pas lié à un constructeur. Sa brillante carrière sportive joue également en sa faveur. Surtout à l’heure où le sport automobile préfère se concentrer sur le terrain et non plus sur les arcanes politiques, ce qui est toujours dommageable pour son image auprès du grand public. La candidature de Vatanen pourrait être ainsi mise en parallèle avec le rôle de Michel Platini au sein de la FIFA.

Boeri : le candidat de la FIA
En interne, le Monégasque Michel Boeri, actuel président du sénat de la FIA, est un aspirant crédible à la présidence. « Ses chances sont faibles en raison de son âge », admet néanmoins Mosley. Cependant, l’homme avait été désigné comme un possible successeur au lendemain du scandale sexuel impliquant le Président de la FIA. Egalement sur cette liste made in FIA, l’Allemand Hermann Tomczyk, le vice-Président, et l’Américain Nick Craw, qui maîtrisent cependant mieux le fonctionnement des activités extra sportives de la FIA.

La rédaction - Guillaume Navarro