RMC Sport

Renault en embuscade

La Renault de Kubica a pour mission de rentrer dans les points dimanche à Melbourne.

La Renault de Kubica a pour mission de rentrer dans les points dimanche à Melbourne. - -

Si le titre ne devrait pas échapper à l’une des quatre grosses écuries, la marque au losange entend jouer les empêcheurs de rouler en rond. Et entrer dans les points dès ce week-end en Australie.

Renault F1 est en train de tourner la page Flavio Briatore. Après le doublé au championnat du monde 2005 et 2006 puis le crashgate de Singapour en 2008 qui a entraîné l’éviction du flamboyant italien, la marque au losange a enfilé la combinaison de l’outsider. « Avec une bonne voiture et les développements que nous apportons, nous pouvons chatouiller le Top 4 », affirme ainsi Eric Bouiller, le successeur de Briatore à la tête de Renault F1.
La paire Kubica-Petrov qui pilote la R30 a pour mission de mordre les ailerons arrière des Ferrari, Red Bull, McLaren et Mercedes. L’attelage polono-russe qui allie l’expérience et la fougue vise clairement les points. A Bahreïn où Robert Kubica, victime d’un accident, est venu mourir à une place des points (11e), alors qu’il était parti 9e sur la grille, la déception était palpable. « On visait la 7e place, c’était réaliste, regrette l’ancien pilote BMW. Mais j’ai été un peu malchanceux pendant la course avec cet accident. On a quand même bien terminé. On espère être un peu plus vernis ici en Australie. »

Alonso : « Petrov pourra grandir aux côtés de Kubica »

Ce week-end, sur le circuit d’Albert Park à Melbourne, l’état-major de Renault veut du concret. L’ingénieur chef Alan Permane parle de « placer les deux voitures en Q3 ». Réaliste notamment pour le rookie Vitaly Petrov, après sa Q2 sur le circuit de Sakhir ? Bouiller temporise mais garde le cap du Top 10 sur la grille : « On va en Australie pour concrétiser Bahreïn. On veut avoir les deux voitures dans les points. Il faut donner du temps à Vitaly, mais les deux voitures en Q3 à terme, oui. »
Un plan de marche qui convient à l’ancien enfant chéri de Renault passé chez Ferrari, Fernando Alonso. « Vitaly est un de ces nouveaux pilotes qui vont devenir importants, et avec Renault, que je connais bien, il va connaître de bons moments, et il pourra grandir grâce à la présence à ses côtés d’un pilote chevronné comme Kubica. » Sur le circuit de l’Albert Park, connue pour sa piste bosselée, les Renault devraient se plaire. Kubica, qui n’a jamais terminé en trois participations, aborde le deuxième rendez-vous de la saison bien décidé à hisser sa monoplace dans les points. Kubica en Q3 et Petrov en Q2, un scénario qui mettrait Renault sur les bons rails avant la course de dimanche.

La rédaction - Louis Chenaille (avec A.A. à Melbourne)