RMC Sport

Tambay : « Grosjean a réellement ses chances »

Patrick Tambay

Patrick Tambay - -

Membre de la Dream Team RMC Sport, Patrick Tambay retient de cette journée de qualification particulière du Grand Prix d’Australie l’excellent comportement des Français Romain Grosjean et Jean-Eric Vergne, très en vue lors de la Q1.

Des qualifications inédites

« Nous avons eu droit ce samedi à une qualification absolument inhabituelle, car amputée de la deuxième et de la dernière partie. Il faudra se relever demain matin à 1h pour suivre la suite de cette qualification. On a déjà perdu six pilotes, dont deux Français, qui sont Jules Bianchi et Charles Pic. Mais on en a deux autres, Romain Grosjean et Jean-Eric Vergne, qui sont passés entre les gouttes. Ils sont plutôt bien placés en vue de la suite de la qualification. Les Red Bull, les Lotus, les Mercedes, les Ferrari ont l’air dans le coup. Mais on va forcément rester dans l‘interrogation, car il faudra attendre quelques Grands Prix avant que se dessinent réellement les forces en présence. Selon moi, les grosses écuries seront toujours au rendez-vous, et Lotus pourrait rejoindre le club des grands. Entre les débuts des rookies, le choix d’Hamilton de signer avec Mercedes, la grosse inconnue des pneumatiques, on a beaucoup de questions qui vont faire de cette saison une saison passionnante ».

Grosjean et Vergne bien présents

« On a vu un Romain Grosjean depuis le début des essais libres très très en verve, très concentré, très déterminé. Avec un regard qui en dit long. Il est dans sa bulle, focalisé sur l’objectif. Je pense que Jean-Eric Vergne est également dans le même état d’esprit mais avec une machine peut-être moins performante. A mon avis, Romain Grosjean a réellement ses chances. Il a d’ores et déjà affiché ses ambitions, et on le sent très prêt. Dimanche, ils vivront une journée particulière, et il faudra s’adapter. Un pilote de F1 doit toujours s’adapter aux conditions et aux situations. Que ce soit sur la piste ou en dehors d’une manière générale. Il y aura la tension de la qualification, une période de repos et ensuite la course. C’est quelque chose d’inédit mais je pense qu’ils sont en mesure de pouvoir le gérer ».

Propos recueillis par Vincent Delzescaux