RMC Sport

Tambay : « Pas un grand plaisir pour les pilotes »

Patrick Tambay

Patrick Tambay - -

Patrick Tambay ne le cache pas, le Grand Prix de Chine n’a pas été spectaculaire, la faute à la réglementation concernant les pneumatiques. Le consultant F1 de RMC Sport est pessimiste sur un changement de physionomie à Bahreïn le week-end prochain.

« Il va falloir qu’on s’y fasse, s’il n’y a pas de retour en arrière... Il va falloir que l’on se fasse à ces processions, au fait que des qualifications jusqu’à la fin de la course, les pilotes soient en gestion directe du potentiel de leur monoplace de façon à pouvoir être en mesure d’utiliser les pneumatiques qu’on leur fournit. J’ai connu l’époque où on attaquait du début jusqu’à la fin d’une course. C’était à bride abattue jusqu’à la ligne d’arrivée avec le plein d’essence et un train de pneus. C’est comme ça qu’on aime la Formule 1. Cinq tours, c’était le potentiel des pneumatiques tendres de Vettel.

Il s’est retrouvé englué dès le départ dans le trafic. Il n’a pas pu profiter correctement de sa stratégie. Rebelote au moment des arrêts aux stands et du ravitaillement. Il échoue sur les talons d’Hamilton. Sans ces incidents, il serait monté sur le podium. Je ne sais pas exactement ce qui a été alloué pour Bahreïn, si ce sont les « medium » et les soft. Si c’est le cas, on va se retrouver dans le même cas de figure. Et même pire, puisqu’il fera plus chaud et qu’il y aura un revêtement un peu rempli de sable.

« Donner un point en Q3 »

Cela risque d’être encore plus problématique pour les ingénieurs. Ce n’est pas un grand plaisir pour les pilotes de rouler à près de dix secondes de leurs performances pures. La solution serait de donner des pneumatiques en plus, de façon à ce qu’il y ait plusieurs tentatives en qualifications, qu’ils aient l’opportunité de s’élancer au moins deux fois sur la Q3 avec un train de pneus supplémentaires et qu’ils choisissent le meilleur des deux pour le départ. Ou alors de récompenser le meilleur des pilotes en Q3 par un point, ce qui serait révolutionnaire. »

A lire aussi

GP de Chine : le classement final

Vettel : Alonso était trop rapide

Tambay : « Alonso n’a pas mouillé la chemise »