RMC Sport

Toyota n’hébergera plus le GP du Japon en 2010

La société Fuji International Speedway, filiale du constructeur automobile japonais Toyota, a annoncé qu’elle allait cesser d’héberger le Grand Prix du Japon, qui avait lieu sur son circuit du Mont-Fuji à Shizuoka à partir de 2010.

La principale raison de cette décision chez Toyota : la crise économique. « En raison de la récession économique mondiale depuis octobre de l'an dernier, il est extrêmement difficile, notamment pour ce qui est de la survie de notre entreprise, de continuer à héberger le Grand Prix de Formule 1 du Japon », a indiqué Fuji International Speedway, filiale du groupe Toyota, par la voie d’un communiqué. Toyota, qui subit de plein fouet l'effondrement du marché automobile mondial, a enregistré lors de l'exercice 2009-2010 la première perte nette de son histoire et prévoit de rester profondément dans le rouge cette année. Le nouveau PDG de Toyota, Akio Toyoda, a promis de revoir de fond en comble les activités du groupe afin de comprimer les coûts au maximum. La décision de cesser d’héberger le GP du Japon tombe dans ce sens. Pour rappel, c’est en 1976 que cette épreuve couchée sur l’agenda du championnat du monde de F1 a vu le jour sur le circuit du Mont-Fuji, le Fuji International Speedway, en 1976. L'année suivante, la mort d'un spectateur, tué par la Ferrari de Gilles Villeneuve qui avait accidentellement foncé dans la foule, avait entraîné sa suspension.

Le Grand Prix du Japon était réapparu en 1987 sur le circuit voisin de Suzuka, fief du constructeur Honda, avant de revenir au pied du Mont-Fuji en 2007 et 2008. A partir de cette année, il devait être organisé par alternance sur chacun des deux circuits, en commençant par celui de Suzuka, le 4 octobre.

La rédaction