RMC Sport

Vergne : « Beaucoup d’excitation »

Jean-Eric Vergne

Jean-Eric Vergne - -

A bientôt 23 ans, le pilote Français Jean-Eric Vergne s’apprête à disputer sa deuxième saison en Formule 1 au volant de sa Toro Rosso. Plus ambitieux, il espère faire mieux que sa 17e place l’an passé. Entretien à une semaine de la reprise de la saison.

Le Grand Prix d’Australie

« Je suis très pressé d’être à Melbourne (GP d’Australie, le 17 mars). J’aborde cette saison avec plus d’expérience et de sérénité mais avec toujours autant d’excitation. Après un an en Formule 1, mon background n’est certes pas aussi important que celui d’Alonso, Vettel ou Hamilton mais il pèse toujours plus dans la balance qu’en fin d’année. »

Les objectifs de la saison

« Faire mieux que l’an passé (17e avec 16 points) et terminer dans les points le plus souvent possible. Et puis, il y a un objectif dont je ne peux pas trop parler mais c’est de battre mon équipier (Daniel Ricciardo). J’espère avoir une meilleure voiture et que celle-ci nous permette de nous montrer un peu plus. »

Les essais

« Ils ne sont jamais très concluants. Il fait toujours très froid. On a une température-piste très basse. On a une image faussée du niveau des voitures. Mais on a très clairement franchi un pas par rapport à l’année dernière. Peut-être que les autres se sont améliorés plus que nous. Ça m’étonnerait. Si on arrive à être compétitif par rapport aux Williams, Sauber et Force India, on aura déjà franchi un grand pas. »

Des changements chez Toro Rosso

« L’équipe a beaucoup travaillé. On a changé de directeur technique, de designer. J’ai aussi un nouvel ingénieur. Il y a eu beaucoup de changements en plus du travail qui a été fait sur la voiture. On a essayé de tout chambouler pour travailler dans une meilleure direction. On est conscient que le début d’année sera peut-être un peu difficile. Il faut le temps que tout se mette en place. Mais la saison sera intéressante. »

La French touch

« Que Jules Bianchi nous ait rejoint chez Marussia est quelque chose de formidable. C’est bien pour le sport auto français. Ça fait longtemps que la France se disait déçue de ne pas avoir de pilote français en Formule 1. Désormais, nous sommes quatre. La France est la nation la plus représentée avec l’Allemagne et l’Angleterre. Il ne manque plus qu’un Grand Prix en France. La seule chose qui nous reste à faire, ce n’est pas de faire de la politique mais de ramener les meilleurs résultats possibles pour montrer aux Français que la F1 doit être un sport obligatoire (sic) du fait de notre présence. » 

Un baquet chez Red Bull en 2014 ?

« C’est trop tôt pour en parler. L’objectif est d’abord de faire une bonne année 2013. En 2014, personne n’a dit que Webber allait prendre sa retraite. Peut-être qu’il gagnera des courses, peut-être même le championnat. Pour l’instant, il y a beaucoup de « si » au sujet de 2014, je vais donc rester en 2013. »

Le titre de l'encadré ici

Le calendrier de la saison 2013|||

Découvrez tous les Grands Prix inscrits au calendrier de la saison 2013

Propos recueillis par Antoine Arlot