RMC Sport

Vergne : « Je pouvais marquer des points »

-

- - -

Victime d’un accrochage avec Michael Schumacher et contraint à l’abandon au 39e tour du Grand Prix de Singapour, Jean-Eric Vergne a fait une croix sur une belle dixième place. Déçu, il est désormais tourné vers le Japon.

Jean-Eric, pouvez-vous nous décrire la scène de l’accrochage avec Schumacher ?

J’étais en train de doubler Perez. On s’était mis côte à côte pour le freinage et j’avais prévu de le recroiser en sortie de virage parce que ma traction était meilleure que la sienne de ce que j’avais pu voir au virage précédent. Et à la fin du freinage, j’ai vu une fusée arriver derrière moi et m’emporter. Je n’ai rien pu faire. Je ne l’ai même pas vu arriver mais je l’ai senti ! Lorsque l’on est sorti de la voiture, j’ai été voir Michael Schumacher pour savoir ce qu’il avait à me dire. Il m’a dit qu’il était désolé et que c’était de sa faute.

La course se passait bien en plus…

La course se passait super bien. Je pense que l’on avait une bonne voiture performante puisque j’allais aussi vite que les 3-4 premiers. Même si on était derrière, ça nous aurait permis de marquer des points. C’est à peu près une certitude. C’était une bonne course jusqu’à ce moment-là.

« On reviendra plus fort »

Etes-vous d’autant plus déçu ?

C’est une déception parce qu’il y avait des points à la clé sur un circuit difficile où j’ai bien progressé tout le week-end. Jusqu’à ce point-là c’était un week-end parfait avec une super progression. C’est frustrant, c’est dommage, mais on reviendra plus fort les prochaines fois. C’est un coup dur mais je garde en tête qu’avec l’équipe on a fait du bon travail et que la performance en course était très bien. On aura toujours le regret de ne pas avoir marqué les points alors qu’on avait les moyens de le faire. On va prendre les bons et les mauvais points en tournant les mauvais en positif pour les week-ends d’après. Il reste encore cinq courses et autant de possibilités d’aller chercher des points. C’est ce qu’on va faire. Je suis impatient d’être à Suzuka (ndlr : Grand Prix du Japon le 7 octobre prochain).

Ressentez-vous des douleurs suite à votre accrochage avec Schumacher ?

Pour l’instant non parce que le coup est chaud et j’ai pris pas mal de médicaments pour ne pas sentir la douleur. Mais je pense que demain (ndlr : lundi) matin je vais me réveiller avec des douleurs parce que le choc a été violent encore (ndlr : il a déjà été accidenté au GP d’Italie). Je les encaisse pour le moment.

Propos recueillis par Antoine Arlot, à Singapour