RMC Sport

Vettel, comme d’habitude

-

- - -

Les qualifications du Grand Prix de Hongrie ont rendu leur verdict : Vettel occupe une nouvelle fois la pole en compagnie de son coéquipier Mark Webber, suivis par les Ferrari d’Alonso et Massa. Hamilton signe le 5ème temps.

Les Red Bull intouchables

Seul pilote à être passé sous la barre des 1’19’’ (1’18’’773), Sebastian Vettel signe sa 4ème pole position consécutive, la 7ème de sa saison. Méfiant à l’heure d’aborder le week-end, jugeant le circuit d’Hungaroring « très piégeux », le pilote allemand a survolé les qualifications. Il s’adjuge les trois meilleurs temps sur les trois secteurs du circuit. « Les sensations étaient excellentes dès la première séance. Il reste encore quelques points de détails à améliorer, mais j’ai dit aux gars à la radio : « C’est votre moment, vous avez conçu une magnifique voiture. » « Nous avons un bon départ demain, on espère vivre une grande course. » Devancé de 4 dixièmes, l’Australien Mark Webber accompagnera son coéquipier en première ligne.

Un départ déterminant

Sur le Hungaroring, plus qu’ailleurs, la position des voitures au départ détermine en grande partie le classement final de la course. Sur la ligne, les voitures en position impaire jouissent d’un avantage conséquent : partir du côté propre de la piste. Un élément déterminant, comme le confirme Sebastian Vettel : « En Hongrie, c’est important d’être du côté propre de la piste. L’année dernière, j’étais second et Alonso premier. Si j’avais été du bon côté, la course aurait sûrement été différente. » Fernando Alonso, 3ème temps des qualifications, mise sur cet avantage pour bousculer la hiérarchie : « C’est très difficile de dépasser sur cette piste. Le départ représente 60 ou 70% du résultat final. J’espère profiter du côté propre pour pouvoir me bagarrer avec les Red Bull. »

Ca bouge chez Renault

Respectivement 7ème et 8ème temps des qualifications, les deux pilotes Renault Vitaly Petrov et Robert Kubica s’élanceront de la 4ème ligne. Une performance remarquée du jeune pilote russe, qui devance son coéquipier sur la grille de départ pour la première fois de la saison. « Je pense que nous avons fait du bon travail, les gars devant sont encore très rapides, mais on pousse pour essayer de les battre », a commenté Petrov à l’issue des qualifications : « Je connais très bien cette piste que j’ai beaucoup pratiquée en GP2, et je savais que je ferais de bons chronos. C’était une bonne occasion pour battre Robert, la référence dans l’équipe. »

Schumacher et Button sortis en Q2

Deux champions du monde sont passés à la trappe dès le stade des Q2. Auteur du 14ème temps, Michael Schumacher (Mercedes) rate la 3ème séance de qualification et réédite sa piètre performance d’Hockenheim. Schumi n’a pas caché son incompréhension dans les paddocks : « On ne comprend pas forcément tout ce qu’il se passe. On est parfois surpris par les résultats, on n’a pas de base stable pour travailler. » Un coup dur pour Schumacher d’autant que son coéquipier Nico Rosberg a signé le 6ème temps… Eliminé dans les dernières secondes des Q2, Jenson Button (McLaren) regrette de ne pas avoir su faire évoluer suffisamment la voiture : « Nous avions un assez bon équilibre pendant les essais mais en qualification ça n’était pas le cas. On a progressé un petit peu avec la voiture mais pas assez. » 

Sylvain Reignault