RMC Sport

Vettel en reconquête à Singapour

-

- - -

Comme la saison dernière, Sebastian Vettel s’est imposé au terme d’un Grand Prix de Singapour devant Jenson Button et Fernando Alonso dans une course qui n’est pas allée à son terme. Le pilote allemand s’installe au 2e rang du classement des pilotes.

Vettel se relance

Impérial lors des séances d’essais libres, Sebastian Vettel n’avait pu transformer ses excellents chronos en qualification, décrochant une 3e place sur la grille de départ. Passant Maldonado quelques encablures après l’extinction des feux, l’Allemand a ensuite profité de l’abandon d’Hamilton pour revenir à la lumière. Le double-champion du monde en titre engrange sa deuxième victoire de la saison sur un circuit béni pour lui et renoue avec un succès qui le fuyait depuis le GP de Bahreïn. « Je crois que c’est l’une des courses les plus difficiles de l’année, parce que c’est la plus longue, a affirmé Vettel. On a dû piloter pendant 2 heures et ce circuit c’est l’enfer. Il y a tellement de bosses. Il n’y a aucun endroit où on puisse faire une faute. » Grâce à la 22e victoire de sa carrière, le pilote Red Bull remonte en deuxième position au classement des pilotes et se relance dans la course au titre.

Hamilton, la tuile

Parti en pole position, Lewis Hamilton est parvenu à conserver la tête sur le circuit de Marina Bay jusqu’au 23e tour. Le Britannique champion du monde 2008 a alors dû abandonner, lâché par sa boîte de vitesse. Un véritable coup dur pour le pilote Mc Laren en grande forme, comme en témoigne sa victoire il y a deux semaines à Monza. « Aujourd’hui ça aurait dû être une victoire facile mais ça ne s’est pas fait, a déclaré Hamilton. Les Red Bull ont fait du très bon travail. Alonso était très bon aussi. » Alors qu’une victoire lui aurait permis de se rapprocher du leader au classement, Fernando Alonso, cette tuile porte un coup terrible aux ambitions d’Hamilton, désormais 4e du classement à 52 points de l’Espagnol. Le pilote de 27 ans voit Vettel, vainqueur du Grand Prix et Raikkonen 6e, lui passer devant. Surtout, le protégé de Martin Whitmarsh poursuit une série noire de quatre abandons en sept Grands Prix.

Alonso, la régularité récompensée

S’il fallait décerner un prix de la régularité, Fernando Alonso le gagnerait sans conteste. Comme sept fois lors des treize premiers GP de la saison, le métronome espagnol est monté sur le podium à Singapour, malgré une 5e place sur la grille de départ. Le double champion du monde (2005, 2006) chez Renault a d’ailleurs marqué des points dans chacun des Grands Prix qu’il a couru cette saison à l’exception de celui de Belgique, à Spa. Le pilote Ferrari reste leader du classement des pilotes au championnat du monde et peut se féliciter de l’abandon de Lewis Hamilton, son dauphin avant la course. Avec 29 points d’avance sur le deuxième, l’Espagnol possède un joker à cinq courses de la fin de saison.

Grosjean, un retour heureux

De retour après avoir purgé sa suspension à Monza il y a deux semaines, le pilote Lotus, Sébastien Grosjean a pris une honorable 7e place alors qu’il s’était élancé en 8e position au départ. « La course est bonne, la performance est plutôt là aujourd’hui. Maintenant, on fait un premier arrêt catastrophique. On sort derrière Rosberg donc la course est très entamée. Je reste tout le long derrière lui en me disant qu’il va faire trois arrêts, a raconté celui qui compte trois podiums cette saison. Je sauve les pneus et finalement la voiture de sécurité entre et tout le monde s’arrête en même temps. Je suis heureux d’aller au bout. » Si Schumacher en avait décidé autrement, Jean-Eric Vergne, dixième au moment de l’accrochage aurait pu accompagner son partenaire tricolore dans les points.

Jérôme Carrère avec Antoine Arlot à Singapour