RMC Sport

Vettel : « Je rêve d’un nouveau titre »

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel - -

Jamais rassasié, Sebastian Vettel a enlevé son 31e succès en F1 dimanche sur le circuit de Spa Francorchamps, à seulement 26 ans. Toujours affable et souriant, le triple champion du monde n’entend pas s’arrêter là.

Sebastian, à 26 ans, vous êtes triple champion du monde, et bien parti pour remporter un 4e titre consécutif. Avez-vous déjà réalisé tous vos rêves ?

Je rêvais de courir en F1 quand j’étais jeune. Il y a beaucoup de travail pour en arriver là. Beaucoup d’heures de sacrifices. Bien sûr, quand tout fonctionne, c’est fantastique. Je suis très heureux en ce moment, et d’une certaine manière, mon rêve se réalise. Mais il me reste encore beaucoup à accomplir dans ma vie. Je suis toujours motivé, heureux de courir. Je rêve pour cette année de remporter à nouveau le championnat du monde. C’est important de penser à la prochaine étape et essayer de ne pas trop regarder en arrière. C’est la meilleure manière d’avancer.

Cela explique-t-il votre éternelle bonne humeur ?

Je ne vois aucune raison de ne pas montrer que je suis heureux. Je n’essaie pas d’être quelqu’un d’autre. Je ne pense pas que tout le monde doive sourire. D’autres montrent peu de joie, mais c’est OK. Le plus important est d’être soi-même. C’est comme ça que j’ai été élevé. Mes parents sont responsables pour ça… Je veux être traité avec respect, donc j’essaie de respecter les gens de mon côté.

Etes-vous conscient de dégager une maturité étonnante pour votre âge ?

Faire de la course automobile vous fait grandir peut-être un peu plus vite que dans d’autres sports. Pourquoi ? Même quand vous êtes encore très jeune, vous prenez conscience qu’il y a beaucoup de responsabilités, beaucoup d’argent en jeu. On gagne très vite en maturité. De ce point de vue, je me sens peut-être un peu plus âgé que certains de mes amis. Mais en dehors de la piste, je continue à faire les mêmes choses qu’eux. Après, mon passeport indique toujours la même date… Je me sens toujours jeune !

Concernant la saison à la saison en cours, vous caracolez en tête du classement. Derrière la bataille fait rage pour la 2e place

Je ne m’occupe pas de ce qui se passe derrière. Il y a encore un long chemin à parcourir jusqu’à la fin de la saison. C’est évident, je n’échangerais pas ma place avec quelqu’un d’autre. Même si on ne sait pas vraiment encore qui sera mon rival le plus sérieux, beaucoup ont le potentiel pour marquer des points et réaliser une grosse 2e partie de saison.

Mark Webber quittera Red Bull à la fin de la saison. Avez-vous des préférences concernant son successeur ? Un profil plutôt jeune, expérimenté ?

Ça dépend ! Je ne suis plus tout à fait jeune, mais pas encore vieux non plus… Ça m’est un peu égal. Si vous prenez Mark, nous n’avons peut-être pas les meilleures relations en dehors du travail, mais comme équipiers nous travaillons bien ensemble. Nous essayons d’avancer dans la même direction, notamment au niveau des développements à faire sur la voiture. C’est le plus important, avoir quelqu’un qui pousse pour permettre à l’équipe de progresser.

En ce qui vous concerne, voyez-vous toujours votre avenir chez Red Bull ?

J’ai un contrat pour la saison prochaine et celle d’après. Donc je ne vois aucune raison de quitter l’écurie. Je suis heureux avec Red Bull, la voiture est compétitive, c’est pour moi le plus important. Il n’y a aucune raison de partir. C’est très difficile de prévoir l’avenir. Peut-être que dans cinq ans je dirai : « J’en ai assez de Red Bull, je veux faire autre chose. » Qui sait ?

A lire aussi :

>> Vettel à l’aise dans son spa
>> GP de Belgique : Revivez la course
>> Tambay : « Vettel ressemble à un coureur qui écrase tout »

Propos recueillis par A.A