RMC Sport

Vettel triomphe à Silverstone

Nouveau doublé pour Red Bull après le GP de Chine et nouveau succès pour Sébastian Vettel

Nouveau doublé pour Red Bull après le GP de Chine et nouveau succès pour Sébastian Vettel - -

Parti en pole position dimanche après-midi sur le circuit de Silverstone, Sebastian Vettel (Red Bull) a triomphé lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. La faute à une concurrence très vite maîtrisée.

C’était peut-être déjà écrit. Avec Jenson Button, le leader du championnat du monde des pilotes seulement sixième sur la grille de départ et un coéquipier à ses côtés en la personne de Mark Webber, Sebastian Vettel avait des arguments à faire valoir sur le circuit de Silverstone. Sa position de poleman était bien évidemment l’un des plus pertinents d’entre eux. Ce statut d’homme le plus rapide du tracé anglais, acquis la veille, a bien servi au pilote allemand de l’écurie Red Bull.

Parti comme une bombe dès le départ du Grand Prix, Vettel s’est comporté en patron sur l’asphalte. Pleine d’essence en début de course, sa Red Bull a aligné les tours rapides, le tout sous les yeux d’un Jenson Button rapidement en grosses difficultés. L’Anglais, l’homme aux six victoires en huit GP cette saison, lui qui aurait aimé tant brillé devant son public, a joué les spectateurs, sans jamais véritablement pouvoir se mêler au podium de l’épreuve.

A l’arrivée, les trois petits points que lui ont assuré sa sixième place ne sont pas si catastrophiques que cela. Après tout, Button compte 23 et 25 points d’avance sur ses deux principaux rivaux au classement mondial, son « collègue » chez Brawn GP, Barrichello et Vettel, donc. Mais pour la deuxième fois de la saison, Red Bull a signé un doublé retentissant, quelques semaines après leur premier fait d’armes à Shangai, lors du Grand Prix de Chine. Brawn peut donc se tenir. Le titre constructeur comme celui des pilotes ne lui est pas encore promis.

En revanche, le tracé de Silverstone a bel et bien confirmé le fossé qui sépare actuellement Red Bull et Brawn GP d’un côté et McLaren Mercedes, Renault et BMW Sauber de l’autre. Fernando Alonso et Lewis Hamilton, vainqueurs de trois des quatre derniers Championnats du monde, ont même vu Vettel leur prendre un tour à mi-course ! D’autres n’ont pas eu cet « honneur ». On pense notamment à Sébastien Bourdais, victime d’un accrochage avec Heikki Kovalainen et contraint à l’abandon vingt tours avant la fin de l’épreuve. Le Français ne cachait pas d’ailleurs à l’issue de la course sa frustration.

Le classement du Grand Prix
1. Sebastian Vettel (GER/Red Bull-Renault), les 308,355 km en 1 h 22’49’’328
2. Mark Webber (AUS/Red Bull-Renault) à 15’’188
3. Rubens Barrichello (BRA/Brawn-Mercedes) 41’’175
4. Felipe Massa (BRA/Ferrari) 45’’043
5. Nico Rosberg (GER/Williams-Toyota) 45’’915
6. Jenson Button (GBR/Brawn-Mercedes) 46’’285
7. Jarno Trulli (ITA/Toyota) 1’08’’307
8. Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari) 1’09’’622
9. Timo Glock (GER/Toyota) 1’09’’823
10. Giancarlo Fisichella (ITA/Force India-Mercedes) 1’11’’522

19. Sébastien Bourdais (FRA/ Toro Rosso)

Classement des pilotes
1. Jenson Button (GBR) 64,0 pts
2. Rubens Barrichello (BRA) 41,0
3. Sebastian Vettel (GER) 39,0
4. Mark Webber (AUS) 35,5
5. Jarno Trulli (ITA) 21,5
6. Felipe Massa (BRA) 16,0
7. Nico Rosberg (GER) 15,5
8. Timo Glock (GER) 13,0
9. Fernando Alonso (ESP) 11,0
10. Kimi Räikkönen (FIN) 10,0
11. Lewis Hamilton (GBR) 9,0
12. Nick Heidfeld (GER) 6,0
13. Heikki Kovalainen (FIN) 4,0
14. Sébastien Buemi (SUI) 3,0
15. Robert Kubica (POL) 2,0
16. Sébastien Bourdais (FRA) 2,0

Classement des constructeurs
1. Brawn 105,0 pts
2. Red Bull 74,5
3. Toyota 34,5
4. Ferrari 26,0
5. Williams 15,5
6. McLaren-Mercedes 13,0
7. Renault 11,0
8. BMW Sauber 8,0
9. Toro Rosso 5,0

La rédaction