RMC Sport

Loeb : « Je suis là pour gagner »

Sébastien Loeb

Sébastien Loeb - -

Actuellement au Colorado (Etats-Unis), Sébastien Loeb prépare la mythique course de côte de Pikes Peak, qui aura lieu le 30 juin prochain. Au volant de sa Peugeot 208 T16, le nonuple champion du monde des rallyes ne vise rien d’autre que la victoire.

Sébastien, comment se passent les derniers essais avec votre Peugeot 208 T16 ?

Les essais se passent plutôt bien. Cela fait deux week-ends que l’on roule avec la voiture. Globalement, tout s’est bien passé. Nous avons ajusté certains réglages. En ce qui me concerne, j’ai découvert la route mais aussi la voiture, puisque nous n’avons pas fait beaucoup d’essais en Europe. Nous avons bien travaillé.

Quelle est votre sensation au volant d’une telle voiture ?

Elle pousse et freine très fort. Il y a beaucoup d’appuis aérodynamiques. En passage en courbes, la voiture est très rapide. C’est un plaisir de piloter. La route ressemble à une étape de rallye. En rallye, les voitures font entre 300 et 350 chevaux, alors qu’à Pikes Peak, les voitures tournent à 900 kilos et 900 chevaux. Les sensations sont différentes, même si la course est plus courte.

Avez-vous l’impression de vous envoler sur cette route de Pikes Peak ?

La première partie de Pikes Peak ressemble au rallye de Catalogne en Espagne, avec des arbres sur les côtés. La route monte jusqu’à 4300 mètres. Dans la deuxième partie, il n’y a plus de végétation. Au bord de la route, il y a seulement le ravin. On ne voit que le ciel, c’est assez extraordinaire. Je roule même avec de l’oxygène. La voiture est difficile à conduire. C’est assez physique et il faut une grande concentration. C’est assez spécial de monter tout en haut de Pikes Peak.

« On ne vient pas aux Etats-Unis pour s’amuser »

Avec quoi pouvez-vous comparer cette course ?

La voiture est plus physique à conduire puisqu’il y a plus de jets et d’accélérations. La différence est l’altitude. Le départ est à 2800 mètres alors que l’arrivée se situe à 4300 mètres. Ça rend les choses plus complexes. Les courses à 4300 mètres d’altitude, c’est assez rare je pense.

Quelles sont vos ambitions ?

Gagner, tout simplement. On ne vient pas aux Etats-Unis pour s’amuser. A partir du moment où je viens avec Peugeot Sport, qui est une équipe professionnelle et qui a une belle histoire à Pikes Peak (Ari Vatanen a gagné avec Peugeot en 1988, ndlr), l’objectif est de l’emporter et de battre le record.

Quelle sera la suite de votre saison après Pikes Peak ?

Je dois faire une course dans mon championnat de GT Series aux Pays-Bas (6-7 juillet, ndlr), puis un peu de vacances, sans oublier le rallye de France du 3 au 6 octobre.

A lire aussi :

<< Dakar 2014 - S.Penn appelle au boycott de la Bolivie

<< Loeb, l’intouchable intermittent

<< Loeb, un défi avant l’autre

Intégrale Sport