RMC Sport

Lorenzo prompt à la reprise

-

- - -

En libérant Valentino Rossi pour la saison prochaine à l’issue de la course de Brno, Yamaha peut se concentrer sur l’étoile montante actuelle Jorge Lorenzo. Magistral sur ce Grand Prix, l’Espagnol récite de nouveau un jeu parfait.

A regarder la dernière partie de la course et les chronos affichés par Jorge Lorenzo, la prestation de ce dernier fut une nouvelle fois époustouflante. La Yamaha n°99 qu’il chevauche est alors installée en tête du Grand Prix et n’a donné aucune occasion à son poursuivant de tenter quoi que ce soit. Pis, l’avance augmentera même jusqu’à l’arrivée pour se caler à 5,4 secondes pour cette 7ème victoire, son 10ème podium en 10 courses, la 50ème victoire d’un Espagnol en catégorie reine.

Une telle régularité semble être dévastatrice désormais pour un quelconque suspens quant à l’attribution du titre mondial, mais les prestations du Majorquin restent rarement des promenades de santé : « J’étais en colère suite à l’erreur commise aux essais hier, avoue Lorenzo, et quand je suis en colère, je veux aller plus vite et cela peut se révéler plus dangereux car cela offre plus de possibilités de chuter. »

Attentif à la vélocité d’un Dani Pedrosa calé derrière lui avec sa Honda, Lorenzo pensait même que son compatriote allait tenter quelque chose, lui qui se battait contre le vent devant le peloton. Derrière, justement, les autres pilotes du plateau ont donc subi une nouvelle fois la loi de la tornade Lorenzo, à commencer par Dani Pedrosa. Mais le jockey de l’équipe Honda ne put faire mieux que de contenir sa seconde place, et son rôle de premier adversaire de Lorenzo : « C’est bon de revenir sur le podium après ma chute à Laguna Seca, lâche Pedrosa. J’ai essayé d’ajuster mon pilotage pour remonter mais Jorge fut graduellement capable de creuser l’écart. »

De Puniet au courage

Rejoint sur le podium par Casey Stoner et sa Ducati, Pedrosa a effectué une course solide, ce qui n’est pas le cas de Valentino Rossi. Mal parti, Rossi est pointé 8ème au premier passage, loin des hommes de tête, et devra encore patienter jusqu’au prochain Grand Prix pour renouer éventuellement avec la victoire et ainsi battre son coéquipier Jorge Lorenzo, victorieux à Indianapolis l’an dernier.

Cette course tchèque fut surtout la course du courage pour Randy de Puniet. La Français a bouclé les 22 tours de course dans un style agressif et conquérant. Capable de viser la 8ème place derrière Marco Simoncelli, le Français s’effondra en fin de course non sans réaliser la performance de décrocher la dixième place devant Simoncelli. De Puniet a maintenant deux semaines pour se préparer à la prochaine course et continuer sa rééducation.

Rodolphe Coiscaud