RMC Sport

Peugeot-Audi : le duel est lancé

-

- - -

La 79e édition des 24 Heures du Mans, qui débute ce samedi (15 heures), sera le théâtre d’un intense mano a mano entre Audi, le vainqueur sortant et Peugeot, son principal rival.

A 15 heures ce samedi, elles seront 58 à s’élancer sur le circuit Bugatti, long de 13,6 kilomètres. Mais deux de ces deux équipes ont plus de chances que les autres de se disputer la victoire finale : Audi et Peugeot. Cette 79e édition des 24h du Mans sera marquée du sceau d’un des deux prétendants, le constructeur allemand ou son homologue français. Fort de ses huit succès lors des dix dernières levées sarthoises – contre une seule victoire, en 2009 pour Peugeot – c’est la marque aux quatre anneaux qui fait office d’ogre. Personne n’a oublié le triplé retentissant des R15 TDI en 2010, ce qui est encore plus pertinent après le petit show réalisé par Audi lors de la séance de qualifications.

En plaçant deux de ces trois nouvelles R18TDI sur la première ligne, dont celle du trio vainqueur la saison passée – Romain Dumas, Timo Bernhard et Mike Rockenfeller, la firme a annoncé la couleur. « Les performances sont très bonnes des deux côtés, tempère Romain Dumas. Entre Audi et Peugeot, la course va être disputée. Maintenant, les qualifications, ce n’est pas notre objectif. Le principal reste de finir les 24 heures. » Devant, si possible.

Et pour cela, Audi ne s’est pas endormi sur ses lauriers. Ces nouvelles voitures seront équipées d’un toit, censé leur apporter plus de pouvoir d’accélération et d’aérodynamisme. « Nous avons à la fois un très bon moteur et une bonne pénétration dans l'air, ce qui nous permet d'aller vite en ligne droite et dans les virages », explique Dumas.

Oreca l’outsider

Peugeot serait-il déjà condamné, comme en 2010, à assister en spectateur à une nouvelle démonstration de force des Audi ? « Les qualifs, c’est bien sympa, tout le monde s’est un peu excité, relativise Nicolas Minassian, qui pilotera aux côtés de Stéphane Sarrazin et Franck Montagny, l’une des trois Peugeot 908 alignée en deuxième ligne. Mais en général, c’est toujours la même chose. Après quelques heures de course, ce n’est plus la même chose. »

Minassian a probablement en tête la propre expérience de… Peugeot, dominateur ces quatre dernières années en qualifications mais récompensées une seule fois. Vainqueur en mai des 1000 kilomètres de Spa, la marque française ne débutera pas la course en victime expiatoire. D’autant qu’elle compte, dans ses rangs, une sacrée carte à jouer avec la 908 Oreca d’Olivier Panis, Nicolas Lapierre et Loïc Duval. « Il ne faudra surtout pas l'oublier, avertit Minassian. Elle sera aussi dans le jeu. » Septième de la séance de qualification, victorieuse des 12 heures de Sebring, la quatrième voiture Peugeot – non officielle – aura des arguments à faire valoir. « Cette année, ce ne sera pas pareil, résume Sébastien Bourdais. La fiabilité sera cruciale, que ce soit pour Audi ou pour Peugeot. » Le mano a mano s’annonce palpitant.

A.D. avec S.O.