RMC Sport

Buenos Aires se prépare à vrombir

L'ambiance commence à monter à Buenos Aires

L'ambiance commence à monter à Buenos Aires - -

Alors que le départ du troisième Dakar sud-américain sera donné samedi, Buenos Aires se prépare tranquillement à accueillir la caravane et les participants.

Buenos Aires a chaud. Le soleil cogne sur les rues de la capitale argentine où le thermomètre atteint facilement 30 degrés depuis huit jours. Les Argentins ont vécu leur Noël le plus chaud depuis 100 ans. Face à cette chaleur, la caravane du Dakar, qui arrive petit à petit à Buenos Aires, a pris d’assaut le café qui jouxte la Rural, le centre névralgique de la compétition avant le grand départ le 1er janvier. Les concurrents se rafraîchissent. BMW, Volkswagen, KTM… Tous rigolent jusqu’au début de la bataille des sables. Ce mercredi, les équipages, les équipes, les journalistes sont passés à l’épreuve des vérifications administratives. Un passage obligé plus long et fastidieux que plaisant. La sauce va tranquillement monter jusqu’à samedi.

L’an passé, le deuxième Dakar à partir de Buenos Aires avait déchaîné les foules. Huit cent mille personnes s’étaient pressées pour voir les concurrents au départ. On attend le million de spectateurs pour cette édition. « Le Dakar n'est pas un simple évènement pour les Argentins, c'est une fête motorisée pour l'ensemble du pays, retient Enrique Meyer, le ministre argentin du Tourisme. En matière de diffusion, c'est un évènement bon marché car il dure 17 jours, fait connaître notre culture, notre nourriture, nos paysages. C'est une occasion spectaculaire pour notre pays. »

« Ici ça transpire les sports méca »

L’Argentine a enregistré une hausse du nombre de visiteurs en 2010 (5,17 millions de visiteurs). Pour ce troisième départ au pays de Juan Manuel Fangio, la mayonnaise devrait continuer de prendre selon David Castera, directeur de course : « Ici, ça transpire les sports mécaniques. Il y avait le WRC, Fangio... On fait 3 millions de spectateurs en Argentine et 1 million seulement au Chili. L’Argentine voyait le Dakar de très loin et maintenant ce peuple le touche du doigt. » Jeudi, place aux vérifications techniques pour le véritable coup d’envoi populaire. Les Argentins vont pouvoir venir voir, toucher, des bolides toilettés, rutilants, prêts à s’élancer, ainsi que leurs pilotes. Il s’agira d’imprimer les flashs avant d’imprimer le désert.

Morgan Maury (avec A.A. à Buenos Aires)