RMC Sport

Castera : « Du suspense jusqu’au bout »

David Castera (à droite) lors de la présentation de ce Dakar 2012

David Castera (à droite) lors de la présentation de ce Dakar 2012 - -

Le Dakar 2012, c’est lui. David Castera a dessiné le tracé de cette édition avec notamment un final inédit au Pérou. Le directeur de la course est persuadé que les prochains jours seront passionnants, tant les enjeux sont variés.

David Castera, avez-vous le sentiment d’avoir conquis les cœurs en Amérique du Sud ?

On a eu 5 millions de spectateurs au bord des pistes l’année dernière. C’est colossal. On espère en avoir autant cette année. L’Argentine est le pays phare, le pays du sport mécanique. Ils sont mordus et connaisseurs. On a vu beaucoup de monde cette semaine à Mar del Plata. Tout le monde en profite ici. C’est une très belle épreuve qui revit très bien ici en Amérique latine.

A quoi peut-on s’attendre avec ce Dakar ?

On peut souhaiter assister à une belle édition avec beaucoup de beau sport. C’est une édition nouvelle avec une course en ligne et la découverte d’un pays avec le Pérou (l’arrivée à Lima est prévue dans deux semaines, ndlr). On espère que tout le monde va prendre plein les yeux avec des fabuleux paysages.

Où peut se jouer ce Dakar ?

C’est difficile à dire. Il y aura beaucoup de sable et de dunes au Pérou. On devrait garder le suspense jusqu’au bout. Par contre, il y a quand même des étapes clé avant, notamment la boucle de Copiapo (ndlr : le 7 janvier) avec beaucoup de dunes. A la journée de repos, il pourrait déjà y avoir des écarts conséquents. Mais quand on sait qu’on peut perdre un quart d’heure planté au pied d’une dune, rien ne sera joué avant les deux derniers jours. 

« Peterhansel rêve d’une dixième victoire »

En moto, on semble sur le point d’assister à un nouveau duel Coma-Despres…

Ils ont gagné trois victoires chacun. En plus ils alternent. On s’attend à les voir devant, mais on a nivelé la performance moteur. Ce sont désormais les pilotes qui feront la différence. Ils sont un peu au-dessus du lot, mais j’ai espoir que quelques pilotes qui poussent jouent les trouble-fête. Dans le général, ça pourrait être Cyril ou Marc, mais on peut s’attendre à voir de nombreux autres pilotes gagner des étapes.

Et en auto ?

Le départ de Volkswagen a ouvert des perspectives. On peut s’attendre à voir les BMW devant. Ça ne devrait pas leur poser des problèmes, même si on ne les sens pas très sereins. Stéphane Peterhansel rêve d’une dixième victoire sur le Dakar. On attend de voir si c’est la bonne. Et puis il y a de très beaux outsiders avec Al-Attiyah et De Villiers.