RMC Sport

Dakar : Peterhansel à la lutte, Despres dans le dur

Cyril Despres

Cyril Despres - -

Après la première semaine du Dakar, le scénario est différent pour les Français Stéphane Peterhansel et Cyril Despres, tenants du titre en auto et moto. Si le premier est leader, le second a déjà perdu beaucoup de temps.

Parfois quasiment jouée après la première semaine de course, la victoire sur le Dakar va sans doute se disputer, cette année, jusque dans les derniers kilomètres vers Santiago du Chili. Du côté des autos, la bataille fait rage entre Stéphane Peterhansel et Nasser Al-Attiyah, les deux derniers vainqueurs. Si voir le pilote Mini à cette position était prévisible, que le Qatari le talonne est plus surprenant. Le pilote Buggy n’est qu’à 3’14’’ de Peterhansel, après une dernière spéciale annulée en raison de pluies diluviennes et qui a bien failli bousculer le classement. Troisième, Giniel de Villiers est déjà relégué à plus de 44 minutes.

La performance d’Al-Attiyah est d’autant plus belle qu’il n’a monté son équipe qu’après sa participation aux JO cet été, où il a pris la médaille de bronze en skeet. Le mano a mano promet de durer jusqu’au bout, même si le Qatari possède un petit handicap avec l’abandon de son équipier Carlos Sainz, qui roulait pour lui. « Avec Nasser, il y a vraiment une bagarre serrée. Il ne va pas falloir lâcher donc rien n’est joué, il peut se passer encore tellement de choses, souffle Peterhansel. On n’a pas eu notre lot de galères mais ça peut nous arriver aussi. »

La chance de Casteu

Chez les motos, c’est aussi l’incertitude. Si, logiquement, tout le monde attendait Cyril Despres, les deux pilotes qui se sont le plus mis en évidence sont Olivier Pain et David Casteu (Yamaha). Une belle revanche pour ce dernier, leader, qui avait connu énormément de pépins lors des deux dernières éditions. Après le dernier Dakar, il s’était retrouvé en difficulté dans son équipe à cause de déclarations dans la presse contre Cyril Despres et n’était pas passé loin de la porte.

Avant le départ, sans pression, il disait penser pouvoir lutter avec les meilleurs. Il est en train d’y parvenir. « Je n’ai plus rien à prouver, à part gagner un Dakar, lance-t-il. Je ne vais pas me mettre la pression, je vais continuer à rouler comme je le fais et on verra. » En revanche, pour Cyril Despres, grand favori après le forfait de l’Espagnol Marc Coma, la donne est différente. Le pilote KTM a eu du mal à entrer dans son Dakar et a été malchanceux. Vendredi, le quadruple vainqueur de l’épreuve a dû échanger son moteur avec l’un de ses vieux amis.

Un changement qui lui a valu 15 minutes de pénalité et qui l’a rétrogradé à la 5e place, à plus de 24 minutes de Casteu. Toutefois, ses adversaires devraient aussi changer de moteur et donc écoper de la même pénalité dans les prochains jours. Mais celui que Despres a monté n’étant pas neuf, il devra économiser sa machine en deuxième semaine. « Maintenant, c’est du bonus, concède-t-il. Ce sera à bloc jusqu’à Santiago. » En espérant que la mécanique tienne le coup…

Antoine Arlot à Tucuman