RMC Sport

Despres : « N’allez pas me dire que j’ai gagné le Dakar… »

Cyril Despres est le grand gagnant de cette 3e étape

Cyril Despres est le grand gagnant de cette 3e étape - -

Nouveau leader dans la catégorie des motos après avoir remporté la troisième étape entre San Rafael et San Juan (270 km), le triple vainqueur de l’épreuve ne se voit pas avec une quatrième couronne.

Cyril, vous attendiez-vous aujourd’hui à mettre treize minutes à Marc Coma ?

Ce qui est bizarre dans le rallye raid c’est qu’on doit attendre l’arrivée de la spéciale pour savoir si c’est un bon ou mauvais chrono. J’ai roulé, j’ai vu des traces, je pensais que Marc (Coma) était devant. Et en arrivant, j’ai compris que les traces étaient imaginaires ou inexistantes…

Vous avez quand même frappé un grand coup…

Non, non, il n’y a rien de décisif. Je n’ai pas les mots pour décrire la boucle de 70 kilomètres que David Castera (directeur sportif du Dakar, NDLR) nous a tracé, spécialement pour les motos. C’était de l’enduro. Quand il l’a tracé, ça devait être dur, mais avec les pluies torrentielles de ces derniers jours, il n’y avait plus de piste. Il y avait de l’eau partout, c’était vraiment l’enfer. C’est super compliqué de rouler avec une moto de 180 kilos dans des cailloux comme ça.

Pensez-vous avoir fait un pas important vers une nouvelle victoire ?

Je sais que vous aimeriez bien connaitre le vainqueur après trois étapes, mais j’ai 12 ans d’expérience. En 2007, j’avais 57 minutes de retard et j’ai gagné. Là, j’ai 10 minutes, et ça ne veut strictement rien dire.

Qu’est-ce qui vous a frappé depuis le début de cette édition ?

Je suis frappé par le fait que le rythme change à chaque spéciale. C’était élevé, ça a ralenti, c’est reparti… On n’a pas fait beaucoup de kilomètres, aujourd’hui c’était 270, ce qui n’est pas énorme pour le Dakar, mais par contre, avec le niveau de difficulté, ça suffit...