RMC Sport

Dix choses à savoir sur le Dakar 2014

Leila Sainz

Leila Sainz - -

La 35e édition du Dakar s’élancera dimanche de Rosario (Argentine). Pour la première fois, il traversera la Bolivie (motos et quads uniquement) et étendra ainsi son succès en Amérique du Sud, son terrain de jeu depuis 2009.

Bolivie, une première salée

Pour la première fois de son histoire, le Dakar va passer en Bolivie, pour deux étapes dans le superbe Salar d'Uyuni (12-13 janvier). Mais ces deux rendez-vous seront réservés uniquement aux motos et aux quads pour des raisons de sécurité. La nouvelle agite ce pays où la passion du sport auto est très forte. Evo Morales, président de la république, a même prévu de venir passer l’arrivée à Uyuni. Il est même annoncé le soir lors du briefing quotidien avec les concurrents. Il s’agira du 28e pays visité par les concurrents depuis la création de l’épreuve en 1979.

Ce n'est plus le Pérou

L’arrivée de la Bolivie a évincé le Pérou du parcours 2014. Après l’arrivée à Lima en 2012 puis le départ de la capitale péruvienne en 2013, les organisateurs ont décidé de visiter d’autres routes. Tout en restant fidèle à leur idée de base. Depuis 2009, l’Argentine et le Chili sont inévitablement au programme. Après quatre départs de Buenos Aires (de 2009 à 2012), Rosario aura cette fois les honneurs de donner le coup d’envoi de l’épreuve alors que Valparaiso succèdera à Santiago du Chili comme ville d’arrivée chilienne.

Al Attiyah, le « Cavani » de X-Raid

C’est l’info qui fait parler au bivouac de Rosario. Le transfert de Nasser Al Attiyah vers la team Mini X-Raid agite le petit monde du Dakar. Le Qatari, vainqueur de l’édition 2011, rejoint l’équipe de Stéphane Peterhansel, recordman de victoires de l’épreuve. Les deux pilotes partageront l’affiche à l’instar de Zlatan Ibrahimovic et d’Edinson Cavani, depuis l’arrivée de ce dernier au PSG. A la différence près que les deux hommes, au-delà de rouler pour la même équipe, batailleront pour la victoire finale.

Peterhansel, un record à améliorer

Avec onze victoires (6 en moto, 5 en auto), Stéphane Peterhansel (Mini) est le recordman de victoires sur le Dakar. Mais la concurrence s’annonce acharnée pour le Français qui a identifié cinq candidats sérieux pour lui disputer le titre en 2014. « Trois d'entre eux sont dans mon équipe X-Raid », détaille-t-il en pensant au Qatari Nasser Al-Attiyah, à l'Espagnol Nani Roma (lauréat en moto en 2004) et à l'Argentin Orlando Terranova. Auxquels il ajoute le Sud-Africain Giniel de Villiers (Toyota) et l'Espagnol Carlos Sainz (buggy, vainqueur de l’édition 2010).

Despres, mieux que Peterhansel ?

Avec cinq succès au compteur, Cyril Despres peut égaler le record de victoires (6) de Stéphane Peterhansel en moto. Mieux, le Français, qui compte 29 victoires d’étapes sur le Dakar, pourrait battre le record de son illustre prédécesseur, en haut de la hiérarchie avec ses 33 succès. Pour cela, Despres a décidé de quitter la stabilité de KTM, l’écurie autrichienne avec laquelle il a remporté ses cinq titres (2005, 2007, 2010, 2012, 2013) pour rejoindre Yamaha. Un gros coup pour la marque japonaise qui n’a plus remporté le Dakar depuis… Stéphane Peterhansel en 1998.

Un lointain succès médiatique

Depuis son exil de l’Afrique vers l’Amérique du Sud en 2009, le Dakar a perdu en lisibilité en France en raison notamment du décalage horaire. Mais cela n’empêche pas l’épreuve de bénéficier d’une exposition médiatique toujours importante. Selon l’organisation, un milliard de téléspectateurs auraient « vu des images du Dakar en 2013 » quand 7,8 millions de visiteurs uniques ont été comptabilisés sur le site internet. Le compte officiel du Dakar sur Twitter compte 100 000 abonnés et la page Facebook, 800 000 fans. Le succès populaire se vérifie surtout sur le terrain où 4,6 millions de spectateurs ont été recensés sur le parcours 2013 entre l’Argentine, le Chili et le Pérou. Cette année, 190 pays diffuseront les images du Dakar par l’intermédiaire de 70 diffuseurs. Au total, 280 journalistes suivront le rallye dans son intégralité, pour 1 800 accrédités au total dans la famille médias (techniciens, consultants, occasionnels, etc.)

Des quads toujours plus nombreux

Depuis leur intégration en 2009, les quads sont de plus en plus nombreux. Cette année, 41 concurrents prendront le départ de Rosario, un record. Parmi eux, l’Argentin Marcos Patronelli (Yamaha), double vainqueur de l’épreuve et tenant du titre (2010 et 2013), frère d’Alejandro Patronelli, également double vainqueur (2011, 2012) mais forfait pour raisons personnelles cette année.

Deux étapes marathon

Les organisateurs ont concocté deux étapes marathon (8 et 13 janvier) pour les motos et les quads qui seront en totale autonomie et ne pourront pas bénéficier d’aucune assistance. Les concurrents ne pourront compter que sur l’aide de leurs adversaires en cas de pépins durant les 2 702 kilomètres (dont 1 590 kilomètres de spéciale) où ils seront (presque) livrés à eux-mêmes.

Et la parité ?

C’est bien connu, les sports mécaniques, c’est pour les mecs ! Enfin presque. En 2014, neuf femmes prendront le départ de Rosario toutes catégories confondues. L’Allemande Jutta Kleinschmidt, seule femme ayant remporté le Dakar en 2001, attend toujours qu’une autre reine lui succède.

Des novices et des Français

Le Dakar, c’est pour beaucoup le graal et l’aventure d’une vie. Cette année, ils seront 89 novices à prendre le départ. Parmi les candidats au départ (717), 124 seront Français, soit la première nationalité avec 17,29 % de l’effectif. En tout, cinquante nationalités seront représentées.

A lire aussi :

>>> Lavigne : « Ce serait génial d’avoir Loeb »

>>> Coma : « Une course très ouverte »

>>> Dakar – Coma : « Une course extrême »

NC avec CG à Rosario