RMC Sport

Hirvonen relance le championnat

Mikko Hirvonen menace Sébastien Loeb pour le titre mondial

Mikko Hirvonen menace Sébastien Loeb pour le titre mondial - -

En remportant le rallye d'Australie, Mikko Hirvonen a effectué un sérieux rapproché sur Sébastien Loeb. A trois manches de la fin, seuls 15 points séparent désormais les deux hommes. Le suspense s'annonce total.

En disputant aux antipodes la 10e manche du championnat du monde, la WRC s’est complètement mis la tête à l’envers. Après avoir dominé vendredi les deux des trois premières spéciales du rallye d’Australie, on imaginait déjà Sébastien Loeb s’imposer pour la cinquième fois de la saison et prendre, du coup, le large au classement mondial des pilotes. Une visite dans le décor plus tard, c’est Sébastien Ogier qui reprenait la main. Mieux, il devenait alors virtuel leader du championnat du monde. Peine perdue. Deux spéciales plus tard, le Gapençais imitait l’Alsacien en partant dans le décor. Deux de chutes pour Citroën. Et un cadeau tombé du ciel pour Ford qui n’en demandait pas tant.

Par le jeu des consignes d’écurie, c’est finalement Mikko Hirvonen qui décroche le pompon en lieu et place de Jari-Matti Latvala, et profite surtout de l’occasion pour effectuer un très sérieux rapproché sur Sébastien Loeb. A trois manches de la fin, seuls 15 points séparent désormais les deux hommes. Ogier, lui, s’est fait griller la politesse par le Finlandais. Désormais 3e, il compte 29 points de retard sur son meilleur ennemi, et 14 sur le Scandinave.

Loeb limite les dégâts

« Jari-Matti pouvait gagner ce rallye mais il a renoncé pour m’aider dans l’optique du championnat, s’est félicité Hirvonen. Il y a deux ans, j’ai perdu le championnat pour un point seulement on ne peut donc rien négliger. Nous attendions ce résultat depuis un moment et je sais que nous pouvons continuer de gagner et nous battre pour le titre. »

Remis en selle (comme Ogier), samedi, après être passé par la case réparations, Sébastien Loeb n’avait -comme le stipule le règlement en la matière- plus le droit d’inscrire le moindre point au classement des pilotes. Seule les « Power Stage », qui ouvrent et ponctuent chaque rallye, pouvaient lui permettre de glaner au maximum trois unités pour ledit classement. Un objectif que n’a pas manqué de réaliser le septuple champion du monde, lors de l’ultime spéciale. Avec panache et détermination. « Après notre sortie de route, il fallait tout mettre en oeuvre pour perdre le moins de points possible, explique l’Alsacien. Nous avons limité les dégâts et nous aurons pour ambition de renouer avec la victoire en Alsace ! » Ah, l’Alsace ! A domicile et sur son terrain de prédilection qu’est l’asphalte, le Français devrait faire parler la poudre. Et entretenir un suspense qu’on n’imaginait pas aussi intense en cette fin de saison.