RMC Sport

Loeb : « Je n’aime pas perdre »

Sébastien Loeb

Sébastien Loeb - -

Sébastien Loeb a remporté ce samedi son 7e rallye de Monte-Carlo. Le pilote Citroën disputait son dernier rallye princier. Alors malgré les conditions météos difficiles, il a tenu à en profiter.

Sébastien, comment avez-vous vécu cette fin de rallye anticipée, avec l’annulation des deux dernières spéciales ?

Ça ne me gêne pas car il n’y avait aucun plaisir à conduire dans ces conditions. Ce n’est la faute de personne. Ce sont les conditions météos qui veulent ça. C’était très piégeux. On a eu toutes les conditions météo possibles. Il y a eu des belles spéciales enneigées, puis il y avait de la soupe. On n’arrivait pas à contrôler la course. Et puis, c’était impossible de revenir au départ. Il y avait trop de voitures qui tentaient de redescendre. Trois fois le Turini, il y a la moitié de la Côte d’Azur qui est là-haut. Et au bout de deux passages, quand les gens sont là depuis 6h sous la pluie et qu’ils voient les voitures passer à 30km/h, ils veulent peut-être aller boire un coup. C’est plus agréable.

Quel bilan tirez-vous de votre victoire ici, la septième ?

Ça ne pouvait pas beaucoup mieux se passer. On a creusé l’écart le premier jour et on a géré sur les jours suivants. Rouler sur la neige ici n’a rien à voir avec rouler sur la neige en Suède. On était un peu dans le doute avant le départ. Le feeling était finalement top. La voiture était impeccable et j’ai pu rouler à ma main. On a maitrisé le sujet.

On a le sentiment que c’est votre rallye…

On a plus ou moins dominé du début à la fin. Ça me va bien. C’était sans doute le dernier, il faut en profiter.

« Flatteur si on pense que je suis hors-concours »

Sans doute ?

Ce n’est pas prévu de continuer. Je ne vais pas faire le rallye tous les ans pour me faire plaisir.

Avez-vous ressenti une émotion particulière ?

Pas plus que les autres. Quelque part, je n’ai pas de regret d’arrêter. Je suis content d’avoir gagné car je n’aime pas perdre.

Certains disent : ‘‘Vivement qu’il ne soit plus là pour redonner du piment à la discipline’’. Que leur répondez-vous ?

C’est ce qu’il va se passer. Les gens qui pensent ça seront contents. C’est quelque part flatteur si on considère que je suis hors-concours. Ça me fait plaisir.

Le titre de l'encadré ici

Le Turini, un mythe enneigé |||

La dernière journée du rallye de Monte-Carlo a été particulièrement mouvementée. La première épreuve du championnat du monde n’est en effet pas allée au-delà de la 16e spéciale. Les deux dernières spéciales ont été annulées en raison des conditions météorologiques trop mauvaises, la neige tombant très abondamment, notamment dans le Col de Turini. « C’était des conditions dantesques, explique Daniel Elena, copilote de Loeb. On a fait moins de 60km/h de moyenne sur le Turini. Dix minutes de plus que le record de la spéciale. Maintenant, c’était compliqué d’y retourner. Avec tous les spectateurs qui descendaient, il y avait des voitures sur une file sur 8 km. On serait parti, mais on n’aurait même pas pu accéder à la spéciale. Tout était bouché. C’est décevant pour les spectateurs restés là-haut pour le 3e tour, mais si on était parti, on serait arrivé à 5h du matin. »

Par ailleurs, le résultat de la 16e spéciale a finalement été annulé en raison d’un incident de course. Trois personnes ont chuté dans un ravin. La première souffre d’un traumatisme facial, la deuxième d’une jambe cassée et la dernière d’un traumatisme crânien et d'une fracture du col du fémur. L’une des victimes était dans un état proche du coma éthylique. Les trois blessés ont été évacués vers un hôpital de la région.

Recueilli par Julien Richard