RMC Sport

Volkswagen – Ogier sous l’aile de Sainz

Sébastien Ogier

Sébastien Ogier - -

Pour ses grands débuts avec Volkswagen, Sébastien Ogier peut compter cette saison sur l’expérience de Carlos Sainz. L’Espagnol, double champion du monde, conseille le jeune Français au bord des routes. Un atout de poids pour le pilote de 29 ans.

Il y a encore une semaine, il arpentait le désert chilien au volant de son buggy. Mais une panne moteur a contrarié ses plans. Obligé d’abandonner son véhicule au milieu des dunes, Carlos Sainz a quitté le Dakar 2013 plus tôt que prévu. Après un crochet par son domicile, en Espagne, le pilote de 50 ans a pris le premier vol pour Valence (Drôme), où se déroule en ce moment le rallye de Monte-Carlo, première étape de la saison WRC. Le double champion du monde ne voulait pas manquer les grands débuts de Volkswagen. Membre de l’état-major de la marque allemande, Sainz participe depuis un an au développement de la Polo WRC. Après avoir tenté en vain d’attirer Sébastien Loeb, qui a finalement rempilé chez Citroën, « El Matador » a fait venir Sébastien Ogier pour lancer l’aventure Volkswagen.

Officiellement, Sainz n’apparait pas dans l’organigramme de l’équipe. Le double champion du monde (1990, 1992) est une sorte de « super consultant ». Un homme de talent et d’expérience qui a pris Ogier sous son aile. A Valence, les deux hommes échangent beaucoup au bord des routes. Très impliqué, Sainz observe la concurrence et tente d’aiguiller son protégé de 29 ans. « Je le conseille au niveau des réglages, des choix de pneus, explique-t-il. J’essaie de l’aider au maximum pour qu’il fasse de bons résultats. Il a déjà montré son potentiel. C’est un jeune qui a beaucoup d’ambition et de talent. Il a tout ce qu’il faut pour être champion dans le futur. Il écoute. Il a une bonne attitude. C’est un garçon spécial. »

Ogier : « Il m’apporte son expérience »

Un garçon de caractère qui n’a pas hésité à se dresser face à Sébastien Loeb lors de leur cohabitation électrique en 2011. Annoncé comme le successeur du nonuple champion du monde, Ogier doit profiter de cette nouvelle saison pour prendre le pouvoir. En attendant, Sainz refuse la comparaison. « Ça ne sert à rien, lâche-t-il. Sébastien Loeb est unique. C’est un pilote à part. Il a fait des choses incroyables. Il a gagné neuf fois le championnat du monde. Nous, on est là pour apprendre. Cette saison, on va essayer de gagner quelques courses et de terminer sur le podium au général. On est ambitieux. On espère que la voiture sera très vite compétitive. »

Les premières spéciales du Monte-Carlo ont apporté un début de réponse. Après deux jours de compétition, Ogier est deuxième, à 1’35’’ de Loeb. De quoi aborder la suite avec appétit. Sous l’œil bienveillant de Sainz. « Il m'apporte son expérience, apprécie le natif de Gap. Je discute avec lui. Il a disputé beaucoup de Monte-Carlo, bien plus que moi. On évoque ensemble la stratégie et notamment le choix des pneus, parce qu'il a beaucoup d'expérience à ce niveau-là ». Une expérience qui pourrait rapidement mener Ogier vers les sommets. D’autant que Loeb ne sera bientôt plus là pour lui faire de l’ombre.

Alexandre Jaquin avec Julien Richard, à Valence