RMC Sport

Basket – TQO, Collet : Siutat fait le point sur les Bleus

-

- - -

La France connaitra mardi (18h30) le nom de ses adversaires pour le tournoi de qualification olympique (TQO). Explication avec Jean-Pierre Siutat, invité ce lundi du « TP Show ». Le président de la fédération française de basket a également profité de son passage sur RMC pour évoquer l’avenir de Vincent Collet, sélectionneur de l’équipe de France.

La France tête de série du TQO

Les TQO au basket, c’est un peu comme les poules de la Champions Cup de rugby. Pas toujours limpides dans les procédures et toujours délicat pour les courageux qui tentent d’en expliquer le fonctionnement. Invité du TP Show ce lundi, Jean-Pierre Siutat décrypte le mode d’emploi de ces trois tournois de qualification olympique qui mettront aux prises 18 pays et délivreront trois tickets pour Rio. Premier point, et il est d’importance, la France est tête de série dans le pot un. Elle est d’ores et déjà assurée de ne pas affronter la Serbie et la Grèce. « Il y a trois sites, Turin, Belgrade, et les Philippines. Chaque site va accueillir deux poules de trois, explique le patron du basket français (jusque-là, on suit). On fait nos deux matches, et ensuite on croise avec l’autre poule. »

Tirage fictif

Pour être plus concret, Jean-Pierre Siutat reprend l’exemple du tirage fictif réalisé par la Fiba pour les besoins d’une vidéo qui explique le fonctionnement du tirage au sort. « Ça se passerait aux Philippines. Le tirage est sympa. On jouerait les Philippines et Porto Rico dans notre poule puis on croiserait l’Angola, la Turquie ou la République Tchèque. Bien sûr c’est une simulation. J’ai assisté à la prestation des Philippines pour l’organisation de la Coupe du monde 2019. Ils étaient candidats malheureux, mais c’est un pays à fond derrière le basket. Ils ont une salle à Manille de 35 000 places ! »

Une prolongation « envisagée » pour Vincent Collet

Le contrat de Vincent Collet à la tête des Bleus arrive à échéance à l’été 2016. Si le sélectionneur, en poste depuis 2009, n’avait dans un premier temps pas prévu d’aller au-delà, il pourrait infléchir sa position. « Ça fait très longtemps qu’on souhaite que Vincent reste. Après, c’est un problème personnel. C’est lui qui avait envisagé d’arrêter après les JO. Il semblerait que sa situation personnelle évolue, confie Siutat. Dans cette évolution, on peut envisager une prolongation. J’en serais le premier ravi. »

la rédaction