RMC Sport

Assurances (presque) tous risques pour les Bleus

Tony Parker

Tony Parker - -

A deux mois et demi de l’Euro, la Fédération française est toujours à la recherche d’une solution au sujet des primes d’assurances des joueurs NBA pendant le lock-out. Le dossier est plutôt en bonne voie, avec l’idée d’une mutualisation des contrats avec les autres nations concernées par le problème.

Un devis avec beaucoup trop de zéros. Deux millions d’euros, c’est ce que coûterait à la Fédération française la participation des joueurs NBA au prochain championnat d’Europe, en Lituanie (31 août au 18 septembre). Au siège, rue du Château des Rentiers, dans le 13e arrondissement de Paris, la somme a provoqué un malaise il y a un mois. Impossible, pour la FFBB, de compenser à elle seule la suspension des assurances des stars du basket français, Tony Parker, Joakim Noah ou encore Boris Diaw, pendant le très probable lock-out (voir par ailleurs) sur le continent nord-américain.

Un rapide calcul faisait état d’une augmentation de quatre euros sur chaque licence la saison prochaine. Les 450 000 licenciés auraient alors payé à la rentrée la présence des meilleurs tricolores en Lituanie. Pour éviter une telle polémique, Jean-Pierre De Vincenzi, le directeur général de la FFBB, a sollicité ces dernières semaines la Fédération européenne. L’idée, exposée pendant une réunion de quatre heures, étant de partager le problème avec les autres nations concernées pour faire baisser le montant global.

Un problème réglé début juillet ?

L’Espagne, avec les frères Gasol (Pau et Marc), Rudy Fernandez, José Manuel Calderon, Ricky Rubio et désormais le naturalisé Serge Ibaka, est très intéressée. L’Allemagne (Dirk Nowitzki, Chris Kaman), la Serbie (Nenad Krstic), la Russie (Andrei Kirilenko, Timofey Mozgov), la Grande-Bretagne (Luol Deng, Ben Gordon) ou encore l’Italie (Andrea Bargnani, Danilo Gallinari) pourraient se joindre au duo franco-espagnol en fonction de la volonté de leurs joueurs de participer à l’Euro.

La facture de la Fédération française serait alors divisée par cinq et elle n’aurait plus qu’à régler environ 400 000 euros à l’assureur commun. « On a des propositions qui deviennent très intéressantes, explique son président, Jean-Pierre Siutat. Nous avons des documents précis. Nous allons retourner vers les joueurs pour qu’ils acceptent. On reviendra ensuite vers la FIBA Europe, tous ensemble, avec les autres nations. Ça ne marche que si tout le monde, ou la grande majorité, dit oui. On espère que ce sera réglé au début du mois de juillet. » Les Bleus se lanceront alors dans la préparation de l’Euro avec l’esprit libre.