RMC Sport

Euro : champions, ces Bleus !

L'équipe de France championne d'Europe

L'équipe de France championne d'Europe - -

Grâce entre autres à Nicolas Batum (17 points), la France est devenue championne d’Europe pour la première fois de son histoire en terrassant la Lituanie ce dimanche en finale (80-66). Les Bleus règnent enfin sur le Vieux Continent !

Des terrains dans les cours d’écoles, des paniers dans les jardins… La France du basket vit sa passion avec discrétion, autour de ses châteaux-forts (Limoges, Pau, Cholet, Villeurbanne, Roanne…) ou de ces aires urbaines où l’influence américaine invite les nuits à se raccourcir. Elle est fière, ce dimanche soir. Fière de son équipe nationale, championne d’Europe pour la première fois de son histoire. Une victoire (80-66) face à la Lituanie, au pied des Alpes slovènes, comme une ascension au sommet du Vieux Continent sans accroc, ni frayeur. Une seule, en fait, le coup reçu par Tony Parker (12 points) en début de match. Sinon, une soirée parfaite.

Nicolas Batum (17 points dans les deux premiers quart-temps) en lévitation, Antoine Diot en fusion au moment de marquer du milieu du terrain ou presque au buzzer de la mi-temps. Des soldats avec la rage et l’inspiration, que ce soit Johan Petro, Flo Pietrus, Mike Gelabale, Nando De Colo. Le général Parker, héroïque en demi-finales contre l’Espagne vendredi (75-72 ap), n’a pas eu besoin d’élever la voix et de donner ses commandements. Cette Lituanie à la triple couronne européenne, grand pays de basket, a coulé dans un deuxième quart-temps à sens unique (31-12). Linas Kleiza, star injustement méconnue du Vieux Continent (20 points), était alors trop seul.

Diaw, capitaine en feu

Ces Bleus étaient soudés, qu'ils soient de NBA ou de Pro A, concernés, guidés par le même objectif. Régner. Enfin. Battus en 2011 par leurs voisins espagnols, les joueurs de Vincent Collet sont cette fois les patrons. Un exemple ? Le capitaine. Boris Diaw (15 points) avec de l’énergie, de l’agressivité vers le cercle. Un « Babac » fabuleux à l’entame du troisième quart-temps. Un homme avait quasiment tout fait depuis le début de l’Euro, Tony Parker, élu MVP du tournoi. Onze hommes lui ont offert la récompense après laquelle il courait avec une foi patriotique profonde depuis novembre 2000 et son premier match avec les Bleus, à seulement 18 ans.

La génération Parker, qui avait accumulé les blessures ces dernières années (3e de l’Euro 2005, 2e de l’Euro 2011, quarts de finale des JO 2012), a de l’or entre les mains. Elle ira l’année prochaine en… Espagne, participer à une Coupe du monde où l’envie de confirmer ce nouveau statut sera sûrement forte. Puis en Ukraine en 2015 pour un autre Euro. Et enfin aux Jeux Olympiques 2016, à Rio. La fin de sa route, théoriquement. Elle a changé de direction à Ljubljana, ce dimanche. A la France du basket, désormais, de sortir de l’ombre grâce à ces 12 héros. Leur retour promet d’être beau. Comme le voyage qu’ils ont entamé en Slovénie. A jamais les premiers !

A lire aussi :

>> Euro : l’après-match de la finale en direct

>> France-Lituanie : le défi de leur vie

>> Euro : L’exploit magnifique des Bleus

LP