RMC Sport

Euro : la dernière marche pour les Braqueuses

Isabelle Yacoubou  et Valériane Ayayi

Isabelle Yacoubou et Valériane Ayayi - -

Qualifiées pour la finale de l’Euro, les Braqueuses souhaitent monter sur la plus haute marche du podium ce dimanche, à Orchies. Il faudra battre l’Espagne afin de décrocher un troisième titre européen après ceux de 2001 et 2009.

France-Espagne, la finale rêvée. Les deux équipes ont réalisé un parcours sans faute dans cet Euro féminin de basket. Huit victoires en huit matches. Ce dimanche, à Orchies (Nord), les Braqueuses vont affronter une équipe d’Espagne qui gagne toutes ses rencontres avec un écart de 18 points en moyenne. « C’est un match compliqué face à un adversaire redoutable qui a dominé la compétition. Elles sont fortes mais nous aussi, explique Pierre Vincent, le sélectionneur de l’équipe de France. Leurs forces ? Un style, des joueuses expérimentées et une très bonne capacité à tirer à l’extérieur. Il faut savoir quoi faire pour les limiter et imposer notre style, qui est un peu plus dur et intense. »

Après leurs sacres en 2001 et 2009, les Bleues sont à nouveau à une marche du graal. « C’est vraiment différent cet Euro en France car nous avons la chance d’avoir un public à 100% derrière nous, clame Endy Miyem. Notre famille et nos amis sont là. Ils nous suivent pendant toute la compétition. Nous sommes en communion avec tout le monde. Si on gagne, on partagera ce titre avec tous ces gens. C’est quelque chose de génial. » En attendant la finale, les filles sont décontractées et peuvent compter sur l’appui considérable du public nordiste.

La der de Lawson et Ndongue

Un an après leur défaite face aux Etats-Unis aux Jeux Olympiques de Londres, les Braqueuses ne pensent qu’à l’or. « Même si, depuis le début de la compétition, nous avions à cœur d’atteindre la finale, notre objectif a toujours été d’être championnes d’Europe, explique Céline Dumerc, la capitaine. Le fait d’avoir bataillé pour en arriver là décuple nos forces. Le fait aussi qu’Edwige Lawson-Wade et Emmeline Ndongue arrêtent va rajouter beaucoup d’émotions à cette finale. On va se battre pour elles. Ce serait magique de la gagner. »

Face à des Espagnoles fières, fougueuses et qui jouent sur l’adrénaline, les Bleues veulent aussi laver l’affront du dernier championnat du monde en République tchèque. L’équipe de France s’était inclinée face à l’Espagne (74-71, ap). « Faire des campagnes internationales comme celles-ci, cela représente un cout physique, énergétique et psychologique aussi, craint Pierre Vincent. Il faut entrer sur le terrain pour être performant, sinon on n’est pas soi-même, rappelle le sélectionneur. Il faut se faire plaisir et vivre les émotions. » La plus belle serait de régner à domicile. Comme en 2001.

A lire aussi :

>> EuroBasket - Monclar : « Nos filles ont la grinta »

>> Dumerc : « Tu te dis que c’est fini et puis… »

>> Euro : les Bleues en finale !

Xavier Martel avec RM et FGi