RMC Sport

Euro : les Bleus se font mater

Boris Diaw

Boris Diaw - -

Déjà qualifiée pour les quarts de l’Euro, la France se contentera de la troisième place du groupe E après sa défaite face à la Serbie (77-65). Un revers logique tant les partenaires de Nenad Krstic ont fait des misères aux Bleus.

« On a fait un match de qualité vendredi et il faut essayer de continuer pour arriver au quart de finale dans le bon rythme. » Le bon rythme attendra un peu. Tout comme les desiderata de Vincent Collet. Face à la Serbie, ses Bleus souhaitaient rééditer la copie rendue face aux Lettoniens deux jours plus tôt. Mais ils sont tombés sur un os ce dimanche face à un adverse qui leur a fait mal à l’intérieur. Un roc qui les contraint à se contenter de la troisième place du groupe E (77-65). Et à observer avec attention les dernières rencontres de la poule F. En espérant ne pas tomber sur l’Espagne mercredi…

Les Bleus seront donc dans la peau de spectateurs attentifs lundi. Ce qui leur laissera assurément du temps pour repenser à leur défaite face à la Serbie. Et aux mises en garde de leur sélectionneur, plutôt inspiré au moment d’évoquer les Serbes à la veille de leur choc. « Leurs intérieurs sont des gaillards. Nenad Krstic est pour l’instant le meilleur pivot de l’Euro, avec l’Espagnol Marc Gasol, et il devrait le rester », confiait-il avant le match. Pas de doute, le danger numéro un côté serbe avait été bien identifié. Et oui, Nenad Krstic est bien parti pour rester le meilleur pivot de l’Euro. La star du CSKA Moscou a pris toute la lumière (19 pts, 4e rbds, 4 passes décisives), tandis que Tony Parker (10 pts, 5 passes), lui, a longtemps évolué dans la pénombre.

Régulièrement dépassés à l’intérieur, malgré l’abattage d’Alexis Ajinca, dominés au rebond (41-34), les Bleus ne pouvaient décemment pas l’emporter. Menés de 7 points à la mi-temps, les Tricolores se sont un temps rapprochés des Serbes (5 points) mais n’ont jamais donné l’impression, sur la durée, de pouvoir refaire leur retard, largement conséquent dans le 4e quart temps (12 points puis 9). Quand les Français ont tenté de régler leurs soucis à l’intérieur, la punition est venue de l’extérieur (41,2 % à 3 points contre 14,3 côté français)… Et quand on voit que les Serbes sont complètement passées à côté de leurs lancers francs (10/21 contre 15/23 pour les Bleus), on se dit vraiment que l’addition aurait pu, et dû, être plus lourde. La quête du bon rythme peut continuer.

A lire aussi

La Serbie domine la France (77-65)

La Lituanie première du groupe des Bleus

Toute l'actu de l'Euro

La rédaction