RMC Sport

Eviter la faute de quart !

-

- - -

En cas de victoire ce jeudi (20h30) en quart de finale face à la Lituanie, les Bleues assureraient leur place dans le Tournoi de qualification olympique. Reportage en Pologne au cœur de la préparation de ce match crucial.

Il est huit heures du matin quand Céline Dumerc et ses coéquipières sont tirées du lit. C’est la première fois de l’Euro que l’entrainement est prévu si tôt. « C’est dur, mais il faut savoir ce que l’on veut », tonne la benjamine du groupe, Endy Miyem.

Sourire aux lèvres et clin d’œil révélateur, les basketteuses françaises ont eu la bonne surprise de retrouver Emmeline N’Dongue mercredi soir à leur arrivée à Lodz. La Berruyère, « après l’avis médical et celui de la fédération », précise le coach Pierre Vincent, s’est blessée lors de la deuxième phase et s’est fait opérer en France. Un aller-retour express pour le plus grand plaisir d’Isabelle Yacoubou. « Elle nous a fait sa petite ‘blagounette’, s’amuse-t-elle. Elle m’a demandé de me connecter sur Skype et là, je la retrouve dans le hall ! Elle a beaucoup d’énergie et cela va nous aider. »

Dumerc : « Jouable, mais dangereux »

Championne d’Europe en titre, les Françaises abordent leur quart de finale l’esprit libre malgré deux défaites en six matches dans cet Euro. Céline Dumerc, la capitaine, n’adopte pourtant pas la méthode Coué. « Le point commun dans ces matches, c’est qu’ils comptaient presque pour du beurre. Pas d’incidence sur une qualification. Juste un décalage dans le classement. Il y a une excuse dans chaque défaite, ce qui ne nous a pas amené à nous poser des tonnes de questions. Nous savons qui nous sommes et ce que nous valons. »

Si Dumerc montre la voie, c’est qu’il y a des raisons d’y croire. A demi-mots, certaines n’osent pas encore prononcer le terme mais « aborder l’Euro avec cette étiquette de numéro un nous a peut-être desservie dans l’approche de la compétition », lâchent de concert plusieurs joueuses.

Ce jeudi (20h30) c’est la Lituanie qui se dresse sur la route des Françaises, en vue du tournoi de qualification olympique et du dernier carré. « Très difficile ! », assure Pierre Vincent. « Jouable, mais dangereux », lui répond sa capitaine. Reste la bonne humeur et la capacité des joueuses à se remobiliser avant ce match couperet. Et le temps aussi de faire quelques emplettes dans le centre commercial juste à côté de l’hôtel…