RMC Sport

Lauvergne : « Pour progresser, je dois rester au Partizan »

Joffrey Lauvergne, l'intérieur des Bleus

Joffrey Lauvergne, l'intérieur des Bleus - -

A 21 ans, Joffrey Lauvergne (2m11) et disputera l’Euro en Slovénie (4-22 septembre). L’intérieur tricolore, qui a pris son envol au Partizan Belgrade la saison dernière, retrouvera certains de ses coéquipiers ce jeudi à Antibes (20h).

Joffrey Lauvergne, vous allez disputer l'Euro (4-22 septembre) avec l'équipe de France. Vous devez être très heureux ?

Bien sûr. Je ne m’y attendais pas du tout. Etre sélectionné, c’est une grosse récompense. Je vais faire de mon mieux pour aider l’équipe à avoir des résultats. J’étais déjà surpris d’être parmi les présélectionnés. J’ai tout donné et ça s’est bien passé. Vincent (Collet, le sélectionneur) m’a fait confiance.

Avez-vous été intimidé par les stars des Bleus, Tony Parker, Boris Diaw ou encore Nicolas Batum ?

Un petit peu, forcément. Quand j’étais petit, je les regardais à la télé. Mais ils sont très simples. Ils t’aident à t’intégrer. Ça aide, pour un jeune joueur qui arrive.

Vous attendiez-vous à jouer autant lors des matchs de préparation ?

Vincent (Collet) m’a fait confiance. C’est donc plus facile pour moi de me montrer. Mais c’est sûr que je ne m’attendais pas à jouer autant.

Vous connaissez bien la Serbie, l'adversaire de l

C’est une équipe qui va être difficile à jouer. Ils vont nous mettre en difficulté. Mais il y a quand même beaucoup d’absents. Ça reste les Serbes, ils savent bien jouer au basket, même s’il y a un peu moins de qualités intrinsèques que dans leur équipe au complet. J’en connais plusieurs. Je joue avec eux ou contre eux.

Vous avez été drafté en 55e position par Memphis, puis échangé avec Denver. Où allez-vous jouer la saison prochaine ? En NBA ou en Europe ?

Je ne sais pas si Denver m’aurait proposé quelque chose dès cette année. Mais moi, je ne voulais partir du Partizan. Je m’y sens vraiment bien. J’évolue chaque jour. Mon premier objectif, c’est de devenir le meilleur joueur possible. Je sais que pour y arriver, il faut que je reste au Partizan. Je veux faire au moins encore une saison au Partizan. Après, je verrai. Il est prévu que Denver me propose quelque chose à la fin de la saison prochaine. Mais il n’y a pas d’obligation pour moi. J’aurai le choix.

A lire aussi :

- Collet : « Il n’y a rien d’alarmant »

- Les Bleus battus

- Fournier, Tillie et Westermann évincés

Propos recueillis par Benoît Boutron