RMC Sport

Les Bleues assurent l’essentiel

Céline Dumerc et les Bleues sont en route pour le deuxième tour de l'Euro.

Céline Dumerc et les Bleues sont en route pour le deuxième tour de l'Euro. - -

Victorieuses de la Grèce (64-55), les filles de Pierre Vincent se sont rassurées avant d’entamer le deuxième tour. De bon augure dans la perspective d’une qualification pour les quarts.

La victoire de la Lettonie face à la Croatie leur avait accordé le droit de ne pas gagner pour se qualifier. Mais les Bleues avaient des choses à se faire pardonner. Et un deuxième tour à préparer. Alors les filles de Pierre Vincent ont fait le métier et assuré l’essentiel. En tête dès le premier quart temps, l’équipe de France a su gérer son match pour s’imposer de neuf points face à la Grèce (64-55), lundi soir à Katowice (Pologne). De quoi prendre la deuxième place du groupe D derrière les Lettones, entamer le deuxième tour avec un total de trois points (les points obtenus face équipes qualifiées sont conservés) et conserver ses chances de qualification pour les quarts, condition pour aller aux JO de Londres en 2012.

« Cette victoire était primordiale, juge Florence Lepron. On savait que notre qualification était acquise mais on a mis ça de côté. On avait mille raisons de faire un bon match. On a fait un match correct et contrôlé qui nous fait du bien et qui nous lance pour le deuxième tour. Il fallait gagner. Deux défaites de suite, ça aurait été difficile à gérer. » Le coach des Bleues, Pierre Vincent, est lui aussi satisfait de l’opération comptable : « C’était très important. On a mis une grosse pression depuis le début sur une médaille, sur le titre et sur les JO mais les choses se font étape par étape. Il faut continuer et passer à la suivante, c’est-à-dire se qualifier pour les quarts. » Avec, tout de même, quelques réserves. « On doit se battre avec nos qualités en tentant de masquer nos défauts, indique Pierre Vincent. Et ne pas jouer avec la peur de perdre comme contre la Lettonie. On a senti les filles un peu freinées car il y avait de l’enjeu. » Un défaut à corriger dès le deuxième tour, entamé ce mercredi face à l’Espagne.