RMC Sport

Les Bleues tombent de haut

Endéné Miyem

Endéné Miyem - -

En s’inclinant dimanche face à la Lettonie (59-56, a.p.), les Bleues ont dilapidé une part du capital-confiance engrangé la veille après leur large victoire face à la Croatie. Si elles ne dramatisent pas, les Françaises sont dans l’obligation de s’imposer face à la Grèce, lundi pour voir le deuxième tour.

Du tout au tout. L’équipe de France s’est inclinée après prolongation face à la Lettonie (59-56), dimanche lors de la deuxième journée du Championnat d’Europe. Un vrai coup d’arrêt pour les filles de Pierre Vincent, victorieuses de la Croatie avec 46 points d’écart samedi. Autre jour et autre scénario donc pour les Bleues, contrées d’entrée par une défense agressive de Lettones bien décidées à enrayer la dynamique des tenantes du titre. « Elles nous ont poussées dans nos retranchements, raconte Emmeline Ndongue (6pts, 9rbds, 3 passes). Il nous a fallu du temps pour nous adapter et trouver des solutions. » Malgré ces problèmes, les Françaises ont su trouver la parade pour rester devant au score une bonne partie de la rencontre. Elles ont même mené de dix points (40-30 dans le troisième quart-temps) avant de s’effondrer. Le collectif, si huilé et complémentaire face à la Croatie, a volé en éclats. Tout comme l’adresse, malgré Endéné Miyem (12pts) et Sandrine Gruda (11pts). Mais c’est mentalement que les coéquipières de Céline Dumerc (2pts, 3rbds, 6 passes) ont craqué. Une aubaine pour la Lettonie qui a recollé au score (46-46 puis 50-50 à la fin du temps réglementaire).

Elina Bakina (26 points) a été, avec la défense lettone, l’autre gros problème que les filles de Pierre Vincent n’ont jamais réussi à résoudre. Dans la prolongation, la jeune Lettone (22 ans) a fait basculer son équipe en tête, pour ne plus la lâcher. « On est plus déçu par le fait de ne pas avoir réussi à imposer notre jeu, regrette la meneuse Céline Dumerc. On n’a pas su rester optimiste pendant cette rencontre, qui a été très difficile. On est tombé sur une grosse équipe de Lettonie qui a réussi à nous faire déjouer mentalement et psychologiquement. On a perdu notre confiance au fil du match. » La capitaine des Bleus ne dramatise pas pour autant et voit en cette défaite un bon moyen d’apprendre, à condition de ne pas se manquer, lundi face à la Grèce pour un match décisif pour la qualification au deuxième tour. « C’est bien que ça arrive maintenant. On est dos au mur, il faut qu’on gagne demain, sinon on peut vite rentrer à la maison. » Une nouvelle défaite les priverait de deuxième tour mais surtout de JO, leur objectif principal.