RMC Sport

Monclar : « Fournier doit s’imposer »

Jacques Monclar

Jacques Monclar - -

La préparation pour le prochain Euro (4-22 septembre en Slovénie) bat actuellement son plein pour l’équipe de France et l’heure du choix des 12 sélectionnés approche pour Vincent Collet. Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport, fait le point sur les dernières tendances.

L’équipe de France se prépare actuellement à Pau en vue du prochain Euro, qui se disputera en Slovénie, du 4 au 22 septembre. L’occasion pour Vincent Collet d’observer ses troupes et de dresser sa liste de douze joueurs qui participeront à l’échéance européenne. Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport, se prête lui aussi au jeu de la sélection : « Il va y avoir une lutte. Ils sont quinze et il y en a trois qui vont sortir. Quand je regarde comme ça, je me dis que ça peut-être Leo Westermann et Thomas Heurtel.

Je vois bien Antoine Diot y aller grâce à sa polyvalence. Et puis Charles Kahudi ou Evan Fournier. Charles sait ce qu’il fait, il sait où il va. Evan, il faut qu’il s’impose. Et puis à l’intérieur il y en aura deux sur trois qui iront à l’Euro, entre Kim Tillie, Joffrey Lauvergne et Johan Petro. »

« Heurtel a marqué les esprits »

Depuis le début du stage, Vincent Collet a déjà tranché. Les meneurs Yannick Bokolo et Edwin Jackson n’ont pas été retenus pour la suite de la préparation. Un choix pas si surprenant que ça pour Jacques Monclar : « On raisonne toujours en disant que ces deux-là sont éliminés mais on pourrait raisonner en se disant que personne n’aurait cru que Thomas Heurtel resterait comme ça dans la course pour le championnat d’Europe. C’est qu’à l’entraînement, Thomas a marqué les esprits, a marqué ses coéquipiers et le staff.

Vincent Collet est comme Saint-Thomas, il ne croit que ce qu’il voit. Il adapte sa sélection. Edwin et Yannick, pour des raisons différentes, se sont moins éclatés sur un poste où tu tombes vite, quand tu sors des meneurs, sur Nando De Colo qui est une institution, voire sur Nicolas Batum ou Mickaël Gelabale, donc c’est compliqué. »

A lire aussi :

>> Vaty : « Je pensais que c’était une blague »

>> Turiaf : « J’avais besoin de couper avec le basket »

>> Equipe de France : la parole aux jeunes

Jacques Monclar