RMC Sport

Parker : et maintenant les Jeux !

Tony Parker pensif

Tony Parker pensif - -

Fidèle à l’équipe de France depuis 13 ans, Tony Parker pourrait faire une parenthèse la saison prochaine à l’occasion de la Coupe du monde en Espagne. Avec comme objectif ultime une médaille aux JO de Rio.

Il en a fait du chemin depuis le 22 septembre 2000. Ce jour-là, Tony Parker honore sa première sélection avec le maillot de l’équipe de France contre la Turquie. Entre temps, le meneur des Bleus a signé aux Spurs, glané trois titres de champions avec San Antonio et est devenu MVP des finales en 2007… Un palmarès de dingue bâti de l’autre côté de l’Atlantique, mais qui n’a pas empêché TP de garder des liens indéfectibles avec l’équipe de France.

Car Tony Parker, c’est aujourd’hui 149 sélections, une fidélité à toute épreuve construite à travers de nombreux aller-retour entre la France et les Etats-Unis. « Je joue en équipe de France depuis que j’ai 14 ans, confiait-il en 2008. Moi, j’aime bien l’équipe de France. J’aime bien les compétitions internationales. Le basket NBA et le basket FIBA, ce sont deux identités très différentes, mais moi j’aime les deux genres de basket. »

Reprise dans une semaine avec les Spurs

Tony Parker vise désormais les Jeux Olympiques de Rio en 2016. Pour voir le Brésil, les Bleus devront valider leur billet à l’occasion des Championnats d’Europe 2015 en Ukraine. La Coupe du monde en Espagne de l’année prochaine pourrait ainsi servir de break à celui qui enchaîne campagnes de promotion, saison NBA et été en bleu. « J’ai déjà annoncé que j’irai jusqu’aux JO, confie TP. Obtenir une médaille aux Jeux Olympiques, c’est l’objectif ultime. Je ne sais pas ce que je vais faire l’année prochaine mais c’est clair que je serai à l’Euro 2015 et aux JO 2016. »

La suite, c’est désormais la reprise de la saison avec le maillot des Spurs. Une reprise fixée à… la semaine, le 30 septembre précisément. « Tout mon coaching staff m’a félicité, sourit le joueur. Coach « Pop » (Gregg Popovich, le coach de San Antonio) criait au téléphone. Il était tellement content pour moi. Ça fait plaisir de voir tous les gens qu’on a rendus heureux. » Après tant de campagnes en bleu infructueuses, le meilleur joueur français de tous les temps a mérité de souffler un peu. Avant de repartir de plus belle.

A lire aussi :

>>> Dumerc : « Une très belle image du basket »

>>> La folle nuit des Bleus

>>> Batum : « Tony a trouvé les mots »

>>> Champions, ces Bleus !

PTa avec NJ à Ljubljana