RMC Sport

Ajinça : le coup de gueule du DTN

-

- - -

Alexis Ajinça a annoncé son forfait pour la Coupe du monde en Espagne (30 aoput-14 septembre) via les réseaux sociaux. Une méthode qui a fortement déplu aux dirigeants du basket français. Qui le font savoir.

La nouvelle génération adore communiquer à travers les réseaux sociaux. Mais parfois, le cadre est mal choisi. Prenez Alexis Ajinça. Vendredi, le pivot des New Orleans Pelicans (NBA) et de l’équipe de France annonçait son forfait pour la Coupe du monde en Espagne (30 août-14 septembre) via Twitter et Facebook : « Après avoir discuté avec Vincent Collet (le sélectionneur, ndlr) et avoir mûrement réfléchi, j'ai pris la décision de ne pas participer. Cela ne fut pas une décision facile mais ma femme attend un enfant dont le terme de la grossesse coïncide avec le championnat du monde. Malgré mon envie d’y participer, ma priorité reste ma famille et je tiens à rester présent auprès de ma femme pour ce moment capital. J’ai hâte de vous retrouver avec le maillot de l’équipe de France dès l’année prochaine. »

« J'ai fait 9000 kilomètres pour le voir, il peut prendre le téléphone pour m'appeler ! »

Une façon d’annoncer son absence qui n’a pas plu, mais alors pas du tout, au DTN du basket français Patrick Beesley. Invité de l’Intégrale Sport sur RMC, ce dernier n’a pas caché sa rancœur et a remis les points sur les i en direction de son pivot et d’autres qui pourraient faire de même à l’avenir. « On pousse un peu un coup de gueule, a lancé Beesley. Là, ça tombe sur Alexis mais ça pourrait tomber sur un autre joueur. Les joueurs pensent qu’il suffit de tweeter des informations pour communiquer. Certes, ils peuvent communiquer avec le public avec Twitter mais ils ne s’adressent pas à la formation, au coach ou aux directeurs par tweets. Dès qu’Alexis a vu le coup de gueule, il m’a appelé en me disant qu’il était désolé. J’ai bien pris note mais c’est trop tard. Moi j’ai fait 9000 kilomètres deux fois pour aller le voir ! Lui peut prendre le téléphone pour m’appeler ou appeler Vincent Collet (le sélectionneur, ndlr). Apprendre un forfait sur un réseau social, ça ne se fait pas. Ce n’est pas convenable et on ne l’accepte pas. Les leaders de l’équipe, Tony Parker et Boris Diaw, ne font jamais ça. Ils ont élevé la barre très haut sur le relationnel. Il faut que les autres restent à ce niveau. » Les oreilles d’Alexis ont dû siffler.

A lire aussi : >> Ajinça renonce au Mondial >> Ajinça : le tweet de la discorde >> NBA : à qui profite la révolution ?

La rédaction