RMC Sport

Diaw, le président en short

Boris Diaw

Boris Diaw - -

Le capitaine de l'équipe de France, vice-championne d'Europe il y a quelques jours, rejoint le club girondin pendant le lock-out en NBA, avec la double casquette de joueur et président. Un renfort de taille pour le promu en Pro B.

« Si j’ai dit oui à Bordeaux, c’est que j’ai fait passer le président avant le joueur. » Après Nicolas Batum qui jouera sous le maillot de Nancy, champion en titre de Pro A, c’est une deuxième pièce maitresse des Bleus vice-champions d’Europe qui a annoncé ce mardi qu’elle fera le bonheur du public français cette saison pendant le lock-out en NBA. Président des JSA Bordeaux, Boris Diaw portera les couleurs du club girondin. L’intérieur des Charlotte Bobcats évoluera donc en Pro B jusqu’à la reprise de la ligue américaine. Même s’il demeure quelques détails à finaliser concernant l’assurance du joueur, le capitaine de l’équipe de France effectuera ses débuts sous son nouveau maillot ce vendredi contre Denain (20h), à la salle Jean Dauguet de Bordeaux, pour l'ouverture du championnat.

Un choix de raison pour le capitaine de l'équipe de France, qui revient donc dans l’Hexagone à 29 ans après neuf saisons en NBA, et qui percevra le salaire minimum de 1200 euros par mois. « J’ai eu des offres européennes plus avantageuses, mais j’ai fait passer ma dimension de dirigeant avant celle de joueur. » Propriétaire des JSA à hauteur de 33%, l'ancien joueur de Pau-Orthez veut créer « un grand club de basket à Bordeaux. » « Ma présence peut apporter de la notoriété au club, favoriser le sponsoring et l’intérêt des collectivités » ajoute-t-il. Ces dernières devraient d’ailleurs être sollicitées pour régler la prime d’assurances.

Le tandem Diaw-Bergeaud reconstitué

Pour autant, Diaw ne considère pas le choix préjudiciable sur le plan sportif. Avec Claude Bergeaud, son ancien entraîneur à Pau-Orthez et ex-sélectionneur aux manettes, le joueur n’avance pas dans l’inconnu. « Claude sait me faire progresser, il m’a entrainé pendant des années. » L’ancien patron des Bleus, troisièmes à l’Euro 2005, se réjouit de retrouver son ancien intérieur. « Boris a une capacité d’adaptation énorme. Il saura passer du joueur au président. Il fera ça dans la continuité de son capitanat en équipe de France. Lui et moi voyons le sport de manière saine. » S’agissant de l’autre actionnaire des JSA, Ronny Turiaf (New York Knicks), les négociations pour son arrivée en Gironde sont en cours. Comme celles pour Tony Parker du côté de l’ASVEL.