RMC Sport

Euroligue : Nanterre vers un nouveau coup de folie ?

Will Daniels, l'ailier de Nanterre

Will Daniels, l'ailier de Nanterre - -

Impensable en début de saison, l’hypothèse de voir Nanterre franchir la première phase de l’Euroligue est née de la victoire des champions de France à Barcelone. Les Franciliens passent un nouveau test contre Kiev ce vendredi (20h45).

Ils ne la connaissaient pas, ne l’avaient jamais approchée. Ils n’avaient aucune chance, simplement le droit de la regarder de loin. Mais ils ont « foutu le bazar », comme le dit Ali Traoré. Les petits hommes verts ont fait tomber le Barça dans sa salle jeudi dernier (71-67), une soirée historique pour le modeste basket français. Et la belle Euroligue les a repérés, leur accordant désormais une certaine attention… La folle aventure de Nanterre, champion de France à la surprise générale la saison dernière, peut-elle se poursuivre avec une qualification pour le Top 16 ? Un cercle très fermé, où les gros budgets font souvent la loi, et qui recale tous les prétendants tricolores depuis Pau-Orthez en 2006-2007.

Raisonner reviendrait, encore, à ne pas donner le moindre espoir à la JSF malgré son exploit catalan, dans ce « groupe de la mort » (deux défaites contre le CSKA Moscou et le Partizan Belgrade, Fenerbahçe à venir). Il en faudra d’autres, des coups d’éclat, pour terminer dans les quatre premiers et « virer » l’un des mastodontes du Vieux Continent… Mais c’est à chaque fois que la marche semble trop haute, beaucoup trop haute, que cette équipe d’affamés prend son pied et décolle toujours plus. Pour y croire, il faudra battre le Budivelnik Kiev du terrible Darjus Lavrinovic (18 pts de moyenne en trois matches) ce vendredi soir (20h45) à la Halle Carpentier, dans le 13e arrondissement de Paris.

Traoré : « Dans le groupe, c'est un objectif »

Si Pascal Donnadieu, le sorcier de la JSF, ne cède pas à l’emballement (« On a été très bons contre Barcelone, mais aujourd’hui, ce n’est pas suffisant pour pouvoir se qualifier »), il glisse quand même, comme si c’était la devise de son club, qu’il n’a « pas l’habitude de fixer des objectifs à moyen et long terme ». Nanterre ne se refuse rien. Jamais. « Tous les espoirs sont permis, estime l’international français Ali Traoré. On sait qu’on a des chances de peut-être rallier le Top 16. C’est un mot un peu tabou, on ne veut pas trop en parler. Mais dans le groupe, c’est un objectif clair. »

« C’est sûr qu’on y pense un peu, confirme le jeune Jérémy Nzeulie. On se dit d’abord qu’il faut qu’on joue ce match contre Kiev. Et là, ça va vraiment nous situer, puisque ce n’est pas une victoire qui va nous qualifier pour le Top 16. » Une deuxième et l’impossible défi serait lancé. « On va essayer, promet Ali Traoré. Mais je suis assez confiant parce que la pression, les joueurs de ce groupe, ils la boivent ! Et ce que je vous avais promis au début de la saison, c’était que vous seriez fiers de Nanterre. Voilà, c’est tout ce que je peux vous promettre : que vous serez fiers de Nanterre parce qu’on va se battre. » Plus personne n’en doute !

A lire aussi :

>> P.Donnadieu : « On a un jeu et des qualités atypiques »

>> Nanterre renverse le Barça !

>> Passave-Ducteil : « C’est du Spielberg ! »

LP avec PF