RMC Sport

La double casquette de Pierre Vincent

Pierre Vincent

Pierre Vincent - -

A la fois sélectionneur de l’équipe de France féminine et entraîneur de Villeurbanne, Pierre Vincent doit concilier les deux. Un double emploi du temps qu’il gère à la perfection, même si l’actualité des « Braqueuses », qui préparent l’Euro, et celle de l’ASVEL, en demies de Pro A, se télescopent actuellement.

D’un côté, le club de Villeurbanne, actuel demi-finaliste de Pro A. De l’autre, l’équipe de France féminine qui prépare son Euro en France (du 15 au 30 juin). Pour Pierre Vincent, la saison est chargée, lui qui dirige les destinées des deux équipes. Mais pas débordante : « Je ne travaille pas tout seul, insiste-t-il. La fédération française et moi avons pris une décision commune en mars 2012, c’est mûrement réfléchi. » Et pour cause : l’emploi du temps de Vincent a été pensé dans les moindres détails.

En vue de l’Euro, les Bleues alias les « Braqueuses », vice-championnes olympiques de Londres l’été dernier, sont lancées dans une série de neuf matches de préparation dans la région lyonnaise, lieu choisi pour arranger Pierre Vincent. « Tout a été anticipé », répète-t-il. L’entraîneur peut ainsi aisément jongler entre ses Tricolores, qu’il coache depuis 2008, et Villeurbanne, qu’il manage depuis deux ans.

Vincent : « On a les moyens de fonctionner »

Au centre de ce double challenge capital, Vincent peut compter sur son staff pour l’assister : « J’ai mes deux assistants historiques, Valérie Garnier entrée dans l’effectif l’année dernière, deux assistants vidéos, deux kinés, un ostéo, un médecin… ». Valérie Garnier, coach de Bourges Basket (que Vincent a entraîné entre 2003 et 2011), a notamment pris place sur le banc de l’équipe de France le week-end dernier, lorsque Vincent, indisponible, supervisait pendant ce temps-là Villeurbanne, qui disputait les play-offs. « Je pense que j’ai un staff qu’on ne trouve nulle part ailleurs, on a les moyens de fonctionner », assure le sélectionneur.

Une affirmation que les résultats prouvent : de samedi à lundi, l’équipe de France a enchaîné trois matches de préparation contre l’Italie, et remporté trois larges victoires malgré un renouvellement important du groupe, qui pouvait en faire douter certains. Et cette efficacité se ressent dans les gradins : les « Braqueuses » font le carton plein à chaque sortie. « On va assumer ce statut de favori », lâche Vincent. Sur le parquet parallèle, les Villeurbannais s’apprêtent à disputer leur demi-finale face à Strasbourg (aller ce mardi à 20h30, retour jeudi à 20h30).

Confiant, Pierre Vincent assure que l’organisation de sa saison ne pourrait être meilleure. Quoique… Le 15 juin, les Françaises disputeront, en effet, leur premier match de l’Euro. Le même jour, l’ASVEL jouera une éventuelle cinquième et dernière manche de finale de Pro A. Malheureusement, l’emploi du temps de Vincent n’offre pas en option le don d’ubiquité…

A lire aussi :

>> Les Bleues en mode Euro

>> Pro A : l'ASVEL tient sa place en demies

>> Match de préparation : les Bleues surclassent l'Italie

Mathilde Effosse, avec Basket Time