RMC Sport

All Star Game : les Français s’inclinent sur le fil

L'Américain Ahmad Nivins

L'Américain Ahmad Nivins - -

Dimanche, le All Star Game réunissait les meilleurs joueurs de Pro A au Palais omnisports de Paris-Bercy, pour un match de gala entre une sélection française et une sélection étrangère. Les Français se sont inclinés d’un souffle, à l’issue d’une rencontre spectaculaire (111-107).

Du spectacle, du spectacle, et encore du spectacle. Entre les pom-pom girls du Miami Heat, la franchise NBA championne en titre, les mascottes des Denver Nuggets et des Phoenix Suns, le shoot à 100 000€ du milieu de terrain et les différents concours, la prime était au divertissement dans l’enceinte survoltée de Paris-Bercy. La rencontre entre la sélection française et la sélection des étrangers du championnat de France, remportée sur le fil par les « visiteurs », n’a pas dérogé à la règle.

Les passes aveugles et les dunks qui se multiplient dès les premières minutes donnent le ton : ce dimanche, la manière importera plus que le résultat. Les défenses en mode gruyère laissent le champ libre aux inspirations adverses, et rapidement le score s’envole. A ce petit jeu, ce sont d’ailleurs les Français qui dominent, emmenés par de bons Vaty (17 pts, 3 rbds) et Sy (14 pts, 6 rbds), s’offrant même un confortable matelas de douze points d’avance dès le 3e quart-temps.

Dwight Buycks sonne la révolte

Mais dans le final, l’esprit de compétition reprend le dessus, et les « étrangers » se rebiffent, à l’image de Dwight Buycks, le meneur de Gravelines (MVP avec 17 pts, 3 rbds, 3 pd), qui sort le grand jeu pour reprendre le score, à quelques minutes du terme. Les Français enchaînent alors les maladresses et Khalid El-Amin en profite pour tuer le match en convertissant ses deux lancers francs, synonymes de quatre points d’avance à dix secondes du terme (111-107).

Les étrangers mènent désormais 13 à 9 dans ces confrontations de gala. Au vu de la physionomie de celle-ci, les Bleus d’un soir peuvent s’en vouloir. Tout comme… Eric, potentiel gagnant des 100 000 €, qui réalisa sans doute le tir le plus raté de l’histoire du All Star Game. Anecdotique, au final. Car la fête fut belle, et c’est bien là l’essentiel.

Le titre de l'encadré ici

Corosine la machine, Williams le showman|||

En marge de la rencontre, trois concours sont venus animer cette belle après-midi. Dans la prestigieuse catégorie du meilleur dunker, c’est l’Américain L.D. Williams qui a tiré son épingle du jeu, enflammant la foule avec un dunk magistral, en 360°. Large vainqueur à l’applaudimètre, le joueur de Bourg-en-Bresse (Pro B) a assuré le spectacle. De son côté, Xavier Corosine a signé le doublé dans le concours de trois points, après son succès de l’année dernière. Le snipper de Nanterre est le premier joueur à conserver son titre dans cette catégorie. C’est enfin un autre Américain, Chris Warren (Nanterre), qui a raflé la mise lors du concours des meneurs, se défaisant en finale du Français Andrew Albicy (Paris-Levallois).

A.T.