RMC Sport

Kunter-Monschau : si loin, si proches

Erman Kunter

Erman Kunter - -

La finale de Pro A oppose ce samedi (17h05) Cholet et Nancy à Bercy. L'objectif de toute une saison pour Erman Kunter et Jean-Luc Monschau, deux coachs aux méthodes opposées mais aux personnalités finalement pas si éloignées.

D’un côté Erman Kunter, ancienne gloire du basket turc, vraie « gueule » du championnat français et coach de Cholet depuis 2003. De l’autre, Jean-Luc Monschau, style professoral et assis sur le banc nancéen depuis 2004. Deux techniciens expérimentés qui tenteront de décrocher le Graal ce samedi, chacun dans un style bien différent. Si Monschau prône plutôt un jeu offensif, Kunter est lui un adepte d’une défense très rigoureuse. « Ce qui fait la différence, c’est la défense », clame ainsi l’entraîneur choletais.

Pour Jacques Monclar, consultant basket pour RMC Sport, si les deux hommes ont la même vision globale de leur sport, chacun a sa propre méthode. « Jean-Luc Monschau est un analyste hors-pair dans la compréhension du jeu adverse, dans la psychologie de son équipe et sa capacité à tirer le meilleur de ses garçons, surtout dans un basket offensif, analyse Monclar. Erman Kunter est plus dans la dureté à l’entraînement et en match ainsi que dans l’intensité défensive. Il est aussi plus académique dans le basket offensif. »

Deux bons compagnons de soirée

Une exigence extrême qu’Erman Kunter lui-même ne dément pas : « Comme le disent les Américains, il faut être « Hungry and angry » (ndlr, affamés et en colère). » Si le Turc est réputé pour ses coups de gueule réguliers, Jean-Luc Monschau n’est pas un novice non plus à ce petit jeu, notamment auprès des arbitres et des instances dirigeantes du basket français, comme par exemple récemment au sujet de la finale de Pro A, disputée sur un seul match, et non pas dans le système des play-offs : « Il faut arrêter ce système bâtard. C’est absurde, pas du tout dans l’esprit des play-offs. Si c’était une bonne idée, d’autres l’auraient reprise. »

Si Erman Kunter est plus enclin à faire confiance aux jeunes que son homologue lorrain et profite à plein de la pépinière du Cholet Basket, pour Jacques Monclar, les deux hommes ont une qualité commune. « Ce sont des bons compagnons en soirée, glisse malicieusement l’ancien international français. Des hommes avec qui on peut parler de vin comme de géopolitique internationale. »