RMC Sport

Un Gravelines tenant au titre

Gravelines

Gravelines - -

Premier de Pro A ex-aequo avec Chalon, le BCM Gravelines n’a jamais semblé aussi près de décrocher sa première couronne de champion de France. Avant cela, le club nordiste va défendre celle conquise l’an passé à la Semaine des As. Qui débute dès ce jeudi (20h30) contre Roanne.

Et si 2012 était placée sous le signe de Gravelines ? Une question légitime alors que le BCMG trône en tête du championnat de Pro A en compagnie de Chalon et se pose, semaine après semaine, comme un candidat sérieux au titre. « Pour Gravelines, c’est l’année où jamais », estiment de nombreux observateurs. Une espérance qui grandit dans le Nord, comme le confirme le meneur Yannick Bokolo : « On y croit un peu plus que les autres années, c’est vrai, vu le début de saison que nous faisons. Maintenant la vérité, on ne la connaitra qu’au moment T sur le parquet ». Et la première échéance sérieuse pour Gravelines, c’est la semaine des As, qui débute ce jeudi avec la réception de Roanne (20h30). Le tenant du titre compte bien s’affirmer en patron dans ces play-offs avant l’heure. L’occasion pour certains de se montrer en vue des Jeux Olympiques de Londres cet été.

Si Yannick Bokolo et Andrew Albicy ont déjà de nombreuses sélections à leur actif, Ludovic Vaty et Pape Sy doivent briller pour convaincre Vincent Collet de leur faire intégrer le wagon bleu. Un véritable objectif pour Sy, revenu cette année en France après une année blanche en NBA dans les rangs d’Atlanta. « Si je fais de bonnes choses avec mon club, c’est possible, lâche l’arrière maritime. J’ai toujours rêvé de pouvoir intégrer l’équipe de France et j’espère vraiment y parvenir pour les JO. »

Tournoi de Scrabble sur téléphones portables

Lorsqu’on sonde le staff et les joueurs sur les recettes, cette année, du succès du BCMG, c’est l’excellente ambiance régnant au sein de l’effectif qui revient dans toutes les bouches. En pleine semaine du carnaval de Dunkerque, le groupe « vit bien », comme le prouve la compétition de Scrabble sur téléphone portable qu’a instaurée Yannick Bokolo auprès des autres joueurs. Et pour le meneur Andrew Albicy, doublure de Tony Parker chez les Bleus, le nombre important de joueurs nationaux dans l’effectif nordiste n’y est pas pour rien. « C’est plus facile de côtoyer des Français, souligne-t-il. On a les mêmes délires. » Et une ambition commune, celle de conserver un titre acquis la saison dernière. « Tout le monde dans l’équipe a envie de revivre ce qu’on a vécu l’an dernier, confirme Pape Sy. Personnellement, je n’ai jamais gagné ce tournoi et j’en ai vraiment envie. » Une mise en bouche en attendant le sacre en fin de saison ?

Le titre de l'encadré ici

|||

La crème du basket français

Depuis 2003, la Semaine des As regroupe, sous la forme d’un tournoi s’étalant sur quatre jours, la crème du basket français. Les huit premières équipes de la phase aller de Pro A s’affrontent après tirage au sort. D’un côté, les formations du chapeau 1 (celles ayant terminé dans les quatre premiers) et de l’autre celles du chapeau 2. Le vainqueur de la finale de la Semaine des AS obtient un billet direct pour l’Eurochallenge, la troisième coupe continentale derrière l’Eurocoupe et l’Euroligue. Plus que le trophée et son accessit européen, la compétition a surtout valeur de répétition générale avant les play-offs. Cette édition 2012, qui débute ce jeudi à Roanne et s’achève dimanche, s’ouvrira par les affiches Le Mans-Orléans, Gravelines (tenant du titre) – Roanne, Châlon – Paris-Levallois et Nancy-Cholet.

Anthony Tallieu avec Jean Bommel