RMC Sport

JO: les Bleus ne veulent pas zapper le TQO

-

- - AFP

Malgré un calendrier chargé et surtout des renégociations de contrat avec leurs franchises NBA, les Bleus ne veulent pas zapper le tournoi de qualification olympique en juillet prochain. C’est ce qu’ils ont confié ce lundi dans le TP Show.

On n’en sait pas beaucoup sur le futur tournoi de qualification olympique qui délivrera, entre le 5 et le 11 juillet 2016 les trois derniers sésames pour les Jeux Olympiques de Rio. « Je n’ai pas envie d’avoir des problèmes avec la FIBA mais il n’y a même pas de chapeau, on ne sait pas comment ça va se passer », a plaisanté Tony Parker dans le TP Show, ce lundi sur RMC. Le lieu où se déroulera le TQO reste aussi à déterminer.

Plus problématique, des Bleus évoluant en NBA seront en pleine renégociations de leur contrat. C’est le cas de Rudy Gobert avec Utah, Evan Fournier avec Orlando et de Nicolas Batum avec Charlotte. Or tous ont pourtant très envie d’être avec les Bleus en juillet. Embêtant. « C’est une histoire assez galère car je suis en plein free agency, confie Nicolas Batum. Mais je vais tout mettre en place pour y être. » Souhaite-t-il avoir réglé sa situation avant ? « C’est carrément impossible parce que le free agency commence le 1er juillet et les signatures de contrat sont à partir du 10 ou du 11. »

Parker : « C’est super d’entendre leur motivation »

Voilà qui devrait donner quelques soucis au sélectionneur Vincent Collet et Patrick Beesley, le directeur technique national, même si les médaillés de bronze du dernier Euro veulent tous poursuivre l’aventure qui doit les mener vers le Brésil. « Ma motivation est intacte », assure Joffrey Lauvergne (Denver), avant de lancer avec humour : « En plus, il y a très peu de chance que je fasse les play-offs… J’aurai le temps. »

Tony Parker, lui, sera avec l’équipe de France. « Quoi qu’il arrive, je viendrai au TQO, annonce TP. Le problème sera pour ceux qui sont en fin de contrat car tu ne peux pas signer ton contrat officiellement avant le 7 ou 8 juillet. Ça veut dire que ça va être très, très difficile d’avoir Nicolas Batum, Rudy Gobert ou Evan Fournier. Mais c’est super d’entendre leur motivation. On va aux JO pour ramener une médaille donc c’est motivant. »