RMC Sport

Les Bleus encore en rodage

Tony Parker

Tony Parker - -

Longtemps malmenée par la Grande-Bretagne, l’équipe de France s’est difficilement imposée 79-74 en match de préparation pour les JO, ce samedi à Orléans. De retour des Etats-Unis, Tony Parker n’a joué que quelques minutes.

« Dès l’échauffement, on a senti qu’on n’était pas en rythme. » Florent Piétrus, l’intérieur des Bleus, ne s’est pas trompé. Si l’équipe de France a battu la Grande-Bretagne (79-74), ce samedi au Zénith d’Orléans, en match de préparation pour les JO, son équipe n’a pas poursuivi idéalement sa préparation pour les Jeux Olympiques. Celle-ci fut même largement dominée lors des deux premiers quarts-temps, affichant seulement 19% de réussite aux tirs lors du deuxième. Menés 43-25 à la pause, les Tricolores ont heureusement réagi pour faire la différence lors du dernier quart-temps.

« Il y a beaucoup d’enseignements à tirer de notre entame de match, enchaîne le joueur de Valence. J’espère que cela ne se reproduira plus. » Les Bleus pouvaient pourtant compter sur la présence de Tony Parker, tout juste revenu de New York après avoir obtenu le feu vert des médecins des Spurs pour disputer les JO. « TP » était même dans le cinq majeur. Mais comme un symbole, le meneur tricolore, qui portait pour la première fois ses lunettes de protection, n’est resté que quelques minutes sur le parquet. A peine le temps d’inscrire deux petits points.

Monclar : « On n’est pas prêt »

« Tony n’a pas joué depuis un mois et demi et il s’entraînait alors sans opposition, tempère le consultant Jacques Monclar. Il va devoir aussi s’adapter à ses lunettes qui lui protègent la cornée. Il a été obligé de sortir à cause d’un petit pépin au genou. » Ses équipiers attendent avec impatience le retour du vrai Parke. « C’est un joueur très important pour nous, sur le terrain comme en dehors, note Florent Piétrus. On espère qu’il sera à 100% le plus vite possible. » Avec leur star, les Bleus devront en tout cas afficher un tout autre visage, mardi, face à l’Espagne, championne d’Europe, pour un test grandeur nature. « On n’est pas prêt, remarque Jacques Monclar. Mais avec les retours de Parker mais aussi de Batum (qui doit d’abord signer son nouveau contrat NBA, ndlr), tout va se mettre en place. »

Aurélien Brossier avec Rodolphe Massé