RMC Sport

Batum, un contrat en or

Nicolas Batum

Nicolas Batum - -

L’ailier de l’équipe de France a mis fin au suspense lié à son avenir en signant un contrat de quatre ans pour 37 millions d’euros avec Portland. A 23 ans, « Batman » devient l’un des sportifs français les mieux payés.

« J’ai toujours su que je reviendrai à Portland. » Voilà ce qu’a déclaré Nicolas Batum mercredi, à son arrivée dans l’Oregon. L’ailier des Bleus peut avoir l’esprit tranquille p our les Jeux Olympiques de Londres (27 juillet-12 août). Après de longs mois de spéculation sur son avenir et une offre mirobolante de Minnesota, le Français s’est offert un aller-retour express outre-Atlantique pour signer un nouveau contrat en faveur des Blazers, la franchise avec laquelle il évolue depuis 2009. Et pas n’importe quel « deal ».

A 23 ans, Nicolas Batum s’est engagé pour les quatre prochaines saisons pour la somme de 46 millions de dollars, soit 37 M€. Derrière Tony Parker (contrats de 66 M$ sur 6 ans puis 50 M$ sur 4 ans avec les Spurs) et Joakim Noah (60 M$ sur 5 ans avec les Bulls), l’ancien Manceau s’offre le troisième contrat le plus juteux jamais signé par un basketteur français. Quant à son salaire, désormais de près de 10M€ annuels, il a été multiplié par quatre. Voilà « Batman » dans la caste très fermée des sportifs français les mieux payés au monde.

Un salaire annuel d'environ 10M€

A quelques jours du premier choc face aux Etats-Unis aux JO de Londres (le 29 juillet), Nicolas Batum change aussi de statut. Deuxième plus gros salaire de la franchise de l’Oregon derrière l’intérieur LaMarcus Aldridge, il se voit conférer de nouvelles responsabilités, lui qui pointait à une moyenne disons perfectible de 13 points par match la saison passée. « ‘‘Nic’’ est désormais dans une position de leadership, remarque Neil Olschy, manager général des Blazers. A son poste, il est l’un des joueurs les mieux payés de NBA. Je sais qu’il souhaite avoir un plus grand rôle au sein de l’équipe. »

En attendant de s’affirmer comme le patron de Portland, Nicolas Batum sera l’un des atouts majeurs des Bleus, qu’il pourrait retrouver dès ce samedi pour le stage à Strasbourg. Après avoir pris l’énorme risque de jouer cinq minutes contre l’Espagne (défaite 75-70) sans contrat et donc sans assurance, l’ailier tricolore devrait disputer le dernier match de préparation lundi contre l’Australie. L’esprit plus tranquille.

Aurélien Brossier