RMC Sport

Cette si discrète « French Touch »

Ian Mahinmi sous le maillot des Dallas Mavericks

Ian Mahinmi sous le maillot des Dallas Mavericks - -

Alors que la finale NBA entre Miami et Dallas a débuté dans la nuit de mardi à mercredi, Rodrigue Beaubois et Ian Mahinmi, qui évoluent aux Mavericks, vont vivre le rêve de tout basketteur. Mais leur influence sur le jeu sera minime. Voire inexistante.

La statistique fait figure de grande première. Jamais le contingent français n’avait compté autant de représentants en finale NBA. Mais jamais l’influence de la « French Touch » n’avait paru si minime chez un finaliste présentant un joueur tricolore dans son effectif. Rodrigue Beaubois et Ian Mahinmi devraient rester cantonnés au banc de touche tout au long de cette finale 2011. Deux destins quasi similaires. Mais pas pour les mêmes raisons.

Blessé au pied l’été dernier après une première saison NBA tout feu tout flammes, Beaubois a longtemps été attendu comme une sorte de sauveur au Texas après avoir raté les 54 premiers matches de la saison. Fustigé pour l’avoir trop peu utilisé lors des playoffs 2010, son coach, Rick Carlisle, l’a même installé au poste de titulaire dès son retour ! Mais « Roddy-B » (son surnom), toujours gêné sur le plan physique, n’a pas convaincu (8,4 points et 17 minutes de moyenne). Au point de perdre sa place dans le cinq lors du dernier match de la saison, soirée noire qui le voyait rechuter avec une entorse du pied gauche. Résultat ? Les autres arrières de Dallas ont pris les rênes. Et Beaubois ronge son frein sur le banc... au mieux. La plupart du temps, l'arrière français prend plutôt place en civil dans les tribunes, comme lors du match 1 de cette finale. Une situation difficile. Mais prise avec philosophie par Roddy-B. « Je ne suis pas à 100% à cause de mon pied. Mais si on a besoin de moi, je répondrai présent. »

Barré aux Spurs, Ian Mahinmi a rejoint Dallas l’été dernier pour un rôle de complément à l’intérieur. Il n’a pas su prendre le dessus sur Tyson Chandler et Brendan Haywood, les deux autres pivots du groupe. Mais Carlisle n’hésite pas à utiliser ses centimètres et sa bonne volonté sur quelques séquences. « Si le coach a besoin d’une solution différente, il peut compter sur moi, je suis là pour ça », explique Mahinmi. Rentré trois fois sur le terrain lors des playoffs (6’14’’ de jeu en tout), Ian ne peut pas espérer grand-chose face à Miami. Il a d'ailleurs passé l'intégralité du match 1 sur le banc. Mais en cas de succès des Mavs, il recevra sa bague de champion. Comme Roddy-B. Et seul un certain « TP » peut en dire autant parmi les joueurs français.

Alexandre Herbinet